DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Poutine parle aux Russes : l'économie, l'Ukraine et l'Iran au programme


Russie

Poutine parle aux Russes : l'économie, l'Ukraine et l'Iran au programme

Pour la treizième fois, Vladimir Poutine s’est exprimé ce jeudi dans le cadre l‘émission télévisée fleuve “Ligne directe”: quatre heures de questions-réponses entre le président russe, les journalistes et la population. Gros dossier, l‘économie, sur lequel le chef du Kremlin s’est employé à rassurer des citoyens affectés par la crise, liée au cours du pétrole. Interrogé sur l’impact des sanctions internationales, il a estimé qu’”‘iI ne faut pas s’attendre à une levée des sanctions, parce que c’est une question purement politique. Pour certains de nos partenaires, il s’agit d’une stratégie, pour limiter notre développement. Et je crois que ce n’est plus directement lié aux événements en Ukraine”.

“Il faudra peut-être moins de deux ans pour se remettre des sanctions, comme l’indique le rapide renforcement du rouble”, a t il ajouté, jugeant que l‘économie avait “passé le pic” des difficultés.

“Nous ne devons pas supporter les sanctions, nous devons nous servir de la situation liée aux sanctions pour trouver de nouveaux niveaux de développement, a-t-il poursuivi. Par exemple, remplacer les produits d’importation par des produits locaux. Peut-être n’aurions nous pas à le faire sans ces sanctions, mais maintenant nous devons le faire, j’espère que cela permettra de développer des industries comme les hautes technologies. Mais c’est vrai, cela a un impact sur l’inflation, et sur les prix des produits aliementaires, c’est vrai, nous aurons à le supporter un certain temps”.

En matière de politique étrangère, Vladimir Poutine a réaffirmé qu’il n’y avait pas de soldats russes en Ukraine, et revenant sur la reprise des livraisons d’armement à l’Iran, annoncée en début de semaine, il s’est justifié ainsi :

“Les missiles S-300, qui sont des armes défensives, non offensives, ne figurent pas sur la liste des sanctions de l’ONU. Nous avions suspendu leur livraisons (en 2010) unilatéralement, maintenant que des progrès sur la question nucléaire iranienne existent, et c’est positif, nous n’avons aucune raison de continuer – unilatéralement, je le répète – à maintenir cette limitation”.

Cette année, le record des appels a été battu, selon les producteurs de l‘émission qui ont indiqué que plus de 3 millions de messages et de demandes avaient été adressés au chef de l’Etat russe.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Israël : commémoration de la Shoah et crainte d'un nouvel Holocauste