DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Division de Chypre : "le statu-quo n'est pas tenable" (analyste)

Les réactions et les commentaires vont bon train au lendemain de l‘élection dans la partie nord de Chypre. Ce scrutin est destiné à élire le

Vous lisez:

Division de Chypre : "le statu-quo n'est pas tenable" (analyste)

Taille du texte Aa Aa

Les réactions et les commentaires vont bon train au lendemain de l‘élection dans la partie nord de Chypre. Ce scrutin est destiné à élire le dirigeant de la République turque de Chypre nord (RTCN), une entité non reconnue par la communauté internationale.

Point of view

Pour les habitants, M. Akinci incarne l'aspiration au changement, l'espoir d'une solution pour l'avenir.

Lors du 1er tour, Dervis Eroglu, le dirigeant sortant, est arrivé en tête, mais avec une courte avance sur Mustafa Akinci. Cet indépendant se pose en candidat du changement.
Raison qui explique son score, d’après Okan Şafakli, professeur à l’Université européenne de Lefke.

“La partie nord de Chypre est gangrenée par le népotisme, commente-t-il. Le taux de chômage est très élevé. Et les habitants en ont assez de cette situation. Ils veulent du changement. Pour eux, M. Akinci incarne cette aspiration au changement, l’espoir d’une solution pour l’avenir”.

Le processus de paix entre Chypriotes-grecs et Chypriotes-turcs est au actuellement suspendu. Et cela ne peut pas durer, estime le professeur Okan Şafakli. “Si Chypre ne parvient pas à retrouver un climat de paix, dit-il, alors les 2 communautés resteront en marge de la mondialisation et n’atteindront jamais un développement durable. Vous le savez, dans une déclaration conjointe, les deux parties ont convenu qu’un statu-quo n‘était pas tenable”.

La partie nord de Chypre est occupée depuis 1974 par la Turquie, en réaction à un coup d’Etat de Chypriotes grecs au sud.
Depuis, l‘île est divisée. Les différentes tentatives de réunification n’ont jusque-là pas abouti.