DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Moscou réagit aux accusations de Bruxelles contre Gazprom


Russie

Moscou réagit aux accusations de Bruxelles contre Gazprom

Le géant gazier russe est accusé par la Commission européenne d’abus de position dominante. Elle estime qu’il entrave la concurrence sur le marché du gaz dans huit pays d’Europe de l’Est.

Rapidement, le chef de la diplomatie russe s’en est pris à l’Union européenne.

“C’est absolument inacceptable, tout d’abord en raison de l’accord de partenariat et de coopération signé en 1999 avec l’UE, que personne n’a annulé, et il y est inscrit qu’aucune partie ne peut prendre de mesures qui détérioreraient les conditions d’activité des entreprises”, a déclaré Sergeï Lavrov.

Bruxelles accuse Gazprom d’avoir érigé des obstacles artificiels empêchant l’acheminement du gaz de certains pays vers d’autres.

Il y a tout juste une semaine, la commissaire européenne à la concurrence a lancé le même type de charge contre l’américain Google : “Ces affaires ne sont pas politiques”, s’est défendue Margrethe Vestager. “La seule chose qu’elles ont en commun est qu’il s’agit d’affaires de concurrence, basées sur des faits, l’interprétation de faits et sur des preuves”

L’acte d’accusation est prêt depuis l’automne, mais le président de la Commission d’alors craignait d’envenimer les relations avec Moscou, après le vote à l‘été 2014 par l’Union européenne d’un deuxième volet de sanctions économiques contre la Russie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Mistral : François Hollande évoque un possible remboursement