DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

100 ans après : l'hommage aux victimes du "génocide" arménien

Lors des cérémonies à Erevan, le président arménien a plaidé pour que ce drame soit enfin reconnu par tous comme un "génocide".

Vous lisez:

100 ans après : l'hommage aux victimes du "génocide" arménien

Taille du texte Aa Aa

Les cérémonies officielles du souvenir du “génocide” arménien étaient organisées ce vendredi à Erevan, capitale de l’Arménie.

Point of view

Commémorer un génocide n'est pas ouvrir un procès, c'est reconnaître une tragédie qui, par son ampleur, a frappé l'humanité toute entière.

Les Arméniens commémorent cette année le 100ème anniversaire du début des massacres par les Turcs ottomans.
Un million et demi de personnes ont été déportées et tuées entre 1915 et 1916. Un drame qualifié de “génocide” par une vingtaine de pays mais que la Turquie refuse de reconnaître comme tel.

En ce jour anniversaire, en cette année de centenaire, les commémorations prennent un relief particulier. De nombreux dirigeants étrangers ont fait le déplacement notamment les présidents français François Hollande et russe Vladimir Poutine.

La cérémonie avait lieu au mémorial de Tsitsernakaberd (“la forteresse des hirondelles”, en arménien). Elle était présidée par le chef de l’Etat arménien. Dans son allocution, Serge Sarkissian a insisté sur le devoir de mémoire. “Nous devons trouver une solution avant même que l’humanité ne trahisse encore une fois sa propre promesse de ‘plus jamais ça’. La commémoration de ce centenaire constitue un point de départ dans la lutte contre ce genre de crime”, a-t-il déclaré.

Dans tous les discours, dans tous les esprits, il y a la question de la reconnaissance du “génocide”. C’est une exigence pour tous les Arméniens.
Ce message est relayé entre autres par la France, et il a été rappelé ce vendredi par François Hollande. “Commémorer un génocide n’est pas ouvrir un procès, c’est évoquer la souffrance et la peine de ceux qui ont survécu, et de leurs enfants; c’est reconnaître une tragédie qui, par son ampleur, a frappé l’humanité toute entière”.

> Discours intégral de Françis Hollande.

Une fois la cérémonie officielle terminée, des centaines de milliers d’Arméniens devaient se rendre toute la journée au mémorial, pour y déposer fleurs et bougies.
Des manifestations du souvenir étaient organisées également ce vendredi à travers le monde, afin d’honorer la mémoire des victimes.

> Voir le reportage de France Télévision