DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

TTIP : frictions au sein du camp démocrate

L’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne (TTIP) cristallise les tensions de part et d’autre de l’Atlantique. Après les

Vous lisez:

TTIP : frictions au sein du camp démocrate

Taille du texte Aa Aa

L’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Union européenne (TTIP) cristallise les tensions de part et d’autre de l’Atlantique.

Après les protestations en Allemagne le week-end dernier, la neuvième session de négociations s’achève ce vendredi aux Etats-Unis dans un contexte de frictions dans le camp démocrate, forçant John Kerry à monter au créneau pour faire la promotion de l’accord.

“Ce traité transatlantique nous permettra d‘être plus fort, ensemble, pour contrer les violences extrémistes, pour soutenir la souveraineté de l’Ukraine, ou construire une sécurité énergétique. Et il nous permettra de nous attaquer à des problèmes mondiaux tels que la prolifération nucléaire et le changement climatique”, a ainsi déclaré le Secrétaire d’Etat américain.

Des ambitions bien éloignées de la réalité des discussions d’après Peter Sparding, expert au sein du German Marshall Fund of the United States.

“On ergote sur des questions telles que le poulet au chlore, tout en expliquant que cet accord engendrera de gros bénéfices stratégiques. Il y a donc une discordance entre le discours et la réalité des négociations, dit-il.

En Europe, les opposants au traité craignent en effet l’entrée en vigueur d’une uniformisation des règles sanitaires sur ce futur marché unique transatlantique.

Aux Etats-Unis, les adversaires de l’accord de libre-échange redoutent des pertes d’emploi.

“L’administration Obama est davantage soutenue dans ses négociations par les Républicains que par son propre camp démocrate, de quoi mettre la probable candidate démocrate à la présidence Hillary Clinton dans une position compliquée et faire de ce traité l’une des questions centrales de la campagne en 2016”, conclut Stefan Grobe, le correspondant d’euronews à Washington.