DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Chypre Movie Days 2015" : "le cinéma chypriote est maintenant à son meilleur niveau"


cinema

"Chypre Movie Days 2015" : "le cinéma chypriote est maintenant à son meilleur niveau"

En partenariat avec

La 13e édition du Festival international du film de Chypriote – “Chypre Movie Days 2015” – a une nouvelle fois mis l’accent sur les productions internationales récentes de cinéma indépendant, mais aussi les productions locales.
Ce festival, qui s’est déroulé à Limassol et Nicosie, fait un focus principalement en avant les longs-métrages.

Dans “Cruel”, Pierre est travailleur intérimaire. Il vit dans une vieille maison avec son père malade. Personne n’a conscience de son existence. Pierre est un tueur en série dont les victimes sont des gens ordinaires aux vies plutôt classiques. Un tueur en série mélancolique poursuivi par l’enfant qu’il était autrefois. Et puis Pierre tombe amoureux. “Cruel” est un film noir réalisé par Eric Cherrière.

“L’idée du film noir, c’est l’ idée d’abord d’un trésor perdu. C’est a dire que dans tous les films noirs, il y a cette idée qu’avant, il y avait le bonheur, mais maintenant, c’est fini. Dans “Cruel”, c’est le bonheur perdu, c’est l’ enfance. Et donc, je voulais raconter cette histoire-là, parce que pour moi, le film noir est un genre existentiel. Il peut raconter vraiment l’existence, jusqu’ à sa cruauté qui est évidemment la fin”, explique le réalisateur.

“Valley” est le premier long-métrage de Sophie Artus. Il a remporté deux prix au festival de Haïfa, en Israël l’année dernière. Trois adolescents difficiles âgés de 17 ans, deux garçons et une fille, Josh, Linoy et David n’ont pas d’autre choix que de vivre dans la violence, chez eux, mais aussi à l‘école.

“Valley” est un film coup de poing, une histoire d’amitié, et d’amour mêlée de haine. Un film cruel et beau. Une réflexion aussi sur la rage de vivre.

“Je ne donne pas de réponse. Je n’enseigne rien. Je ne veux rien dire. Ce que je veux seulement faire avec mon film et je pense que cela fonctionne bien, c’est donner aux gens l’occasion de réfléchir sur la question de la violence”, dit Sophie Artus.

Chaque année lors de ce festival, les productions chypriotes sont toujours plus nombreuses. Kristi Zea, la présidente du Jury, Oscar des meilleurs décors pour Les Noces rebelles en 2009, nous dit toute son admiration pour le cinéma chypriote.

“Jusqu‘à présent, je suis très impressionnée. Il y a beaucoup de très belles images, du contenu et du professionnalisme. Les équipes savent ce qu’elles font, ce qui est toujours une bonne chose. Donc, je suis ravie”, explique Kristie Zea.

“Impressions of a Drowned Man” est le premier long métrage du réalisateur chypriote Kyros Papavassiliou.

Un homme se réveille sur une plage et se rend compte qu’il a perdu la mémoire. Complètement déconnecté de son passé, ses rencontres successives lui confirment qu’il est Kostas Karyotakis, un célèbre poète grec qui s’est suicidé en 1928.

Le film a été projeté pour la première fois en janvier dernier au 44e Festival international du film de Rotterdam.

“Ce n’est pas un film pessimiste. Le spectateur peut s’identifier, se rendre compte, à travers cette histoire, que nous sommes tous soumis à la mort. Nous sommes mortels. C’est un film poétique, un film noir existentiel”, détaille le réalisateur Kyros Papavassiliou.

Autres thèmes, la solitude et la reconstitution d’identité avec le film “Tapis roulant”, d’Alexia Roider. Un homme vit seul avec sa tortue. Il a une passion secrète, rapporter chez lui les bagages perdus ou abandonnés dans l’aéroport où il travaille et en examiner le contenu pour recréer l’identité de leurs propriétaires.

“Mon personnage principal est une personne sans identité. Je l’ai créé de la sorte. Il n’a pas de personnalité spécifique. Je ne voulais pas guider émotionnellement le spectateur à s’identifier à lui”, explique Alexia Roider.

De quelle façon le cinéma chypriote a-t-il évolué ces cinq dernières années ? Adonis Florides, réalisateur très connu sur l‘île et aussi membre du jury dans la catégorie internationale nous livre sa vision des choses.
“Je pense que le cinéma chypriote est maintenant à son meilleur niveau. À ce stade, nous avons beaucoup de nouveaux cinéastes. Nous produisons beaucoup de courts-métrages. Nous avons donc commencé à faire plus de longs-métrages. Le plus important reste que Chypre dispose maintenant de très bonnes infrastructures cinématographiques”, analyse Adonis Florides.

Yorgos Mitropoulos, euronews:
Le Festival international du film de Chypre, “Chypre Movie Days”, est l‘événement cinématographique le plus important de l‘île. Il offre une gamme complète de films provenant du monde entier. C’est une opportunité unique pour les Chypriotes de découvrir de bons films, de rencontrer des réalisateurs et des acteurs de différents pays, de discuter de ce qui se joue sur la scène du cinéma mondial”.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Festival Cinémas du Sud : regards sur un monde arabo-musulman en crise