DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Un Espagnol, Lorenzo, remporte le Grand Prix MotoGP d'Espagne


speed

Un Espagnol, Lorenzo, remporte le Grand Prix MotoGP d'Espagne

Bienvenue dans notre programme Speed.

L’Espagnol Jorge Lorenzo avait déçu lors des trois premières courses de la saison. Mais il a prouvé sur le circuit de Jerez qu’il allait falloir compter sur lui pour le titre mondial. Il a en effet dominé de bout en bout le Grand Prix d’Espagne de Moto GP.
Il avait été le plus rapide pendant les qualifications, décrochant la pole position et réalisant le meilleur tour jamais enregistré sur ce circuit de Jerez, en étant le premier pilote à passer sous
la barre des 1’38”… Jorge Lorenzo (Yamaha) a, sans surprise, remporté haut-la-main dimanche le Grand Prix d’Espagne. Cette victoire dans la 4è épreuve de la saison lui permet, tout en se maintenant à la 3è place du championnat, de se rapprocher du second, l’Italien Dovizioso, qui a raté sa course (9è).
Le double champion du monde en titre, l’Espagnol Marc Marquez (Honda), diminué par un doigt cassé, termine 2è… ce qui lui permet de gagner trois places au classement général du championnat, dont il est désormais quatrième.
Parti en deuxième ligne, l’actuel leader du championnat du monde, l’Italien Valentino Rossi (Yamaha), a réussi un excellent départ. Il finit 3è. Et content de sa performance.

Depuis quelques années, les pilotes espagnols dominent le monde de la moto. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. En 1996, les spectateurs du Grand Prix d’Espagne avaient cru à la victoire de leur favori… mais ils l’ont célébrée trop tôt.
Nous sommes le 12 mai 1996. Sur le circuit de Jerez se déroule le Grand Prix d’Espagne, 4è manche du championnat du monde de vitesse. L’Espagnol Àlex Crivillé, au guidon de sa Honda, entame le dernier tour en tête. La victoire lui est promise. Des supporters franchissent
les barrières pour pénétrer sur le circuit et applaudir leur idole… au mépris des règles de sécurité. Mais un incroyable scénario se déroule alors. Crivillé ralentit légèrement. Son coéquipier Mick Doohan en profite pour se rapprocher de lui, et finalement prendre l’avantage. En tentant de reprendre la tête, Crivillé chute.
Ce sera néanmoins un triplé pour Honda. Mais sans l’Espagnol…

Malheureux dans ce Grand Prix d’Espagne 1996, mais toutefois vice-champion du monde, Àlex Crivillé décroche le titre suprême de champion du monde trois ans plus tard, en 1999. Il est le premier pilote espagnol à obtenir ce titre. Il succède à son coéquipier l’Australien Mick Doohan, auteur d’une impressionnante série de cinq titres mondiaux consécutifs entre 1994 et 1998. Mais victime d’un grave accident lors des essais du Grand Prix d’Espagne 1999, qui signera la fin de son parcours en compétition. Alex Crivillé met lui-même un terme à sa carrière en 2001, à l’issue d’une saison sans le moindre succès. Il aura gagné 20 Grand Prix et sera monté 66 fois sur le podium.

Une ombre a plané sur ce Grand Prix d’Espagne, celle du Britannique Geoff Duke, une légende de la moto dans les années 50, mort vendredi à 92 ans. Son palmarès : six titres de champion du monde entre 1951 et 1955, deux fois en 350 cm³, quatre fois en 500 cm³. Pilote d’abord pour l‘écurie britannique Norton puis pour l’Italienne Gilera, il sera suspendu pendant six mois pour avoir été rémunéré par cette dernière. Professionnalisme était alors un gros mot dans le monde du sport. Autre époque.

Speed se termine avec les Six Heures de Spa-Francorchamps (Belgique). Et la victoire de l‘écurie Audi. Un résultat “réjouissant dans la perspective des 24h du Mans”, a commenté le pilote allemand André Lotterer, après avoir remporté la course samedi soir, en compagnie du Français Benoît Tréluyer et du Suisse Marcel Fassler. Les Six Heures de Spa-Francorchamps sont en effet souvent considérées comme la répétition des 24 Heures du Mans, l‘épreuve reine de l’endurance, qui se déroule mi-juin en France.
Audi réalise un départ parfait dans ces championnats, avec deux victoires en deux courses. Deux Porsche complètent le podium de Spa-Francorchamps. Le grand perdant de l‘épreuve est Toyota, seulement 5è.

A dimanche prochain !

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

speed

Speed : doublé Citroën au rallye d'Argentine