DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Il faut toutes sortes de partis pour faire une élection


monde

Il faut toutes sortes de partis pour faire une élection

Chaque élection attire son lot d’excentriques et partis éphémères, et les législatives britanniques ne font pas exception. Et dans un scrutin aussi incertain, ces petits candidats et ces petits partis espèrent peser dans la balance.

—Parti des Fous Furieux
Sur la première marche du podium de l’extravagance, on trouve l’Official Monster Raving Loony Party.

Ce parti existe depuis plus de trente ans. L’Official Monster Raving Loony party est arrivé sur la scène politique britannique en 1983. Il a été fondé par Alan “Howling Laud” Hope qui s’est présenté plus de 20 fois pour être député. Cette année, il est candidat dans la circonscription d’Uxbridge et Ruislip-sud, en banlieue de la capitale, contre Boris Johnson, l’actuel maire de Londres.

Sur le manifeste du parti (le “manicfesto”, manic signifie fou en anglais) on trouve la promesse d’installer l’air conditionné à l’extérieur pour lutter contre le réchauffement climatique et des airbags à la Bourse pour amortir le prochain krash financier.

L’Official Monster Raving Loony party présente également 15 autres candidats “tarés”. Ces dernières années, le parti a déjà vu plusieurs de ses propositions adoptées, comme le passeport pour les animaux ou les pubs ouverts 24h sur 24.

—Captain Beany
Depuis 25 ans, Barry Kirk endosse l’identité et le costume du Capitaine Beany. Son nom provient des fameux “baked beans”, haricots blancs cuits dans une sauce tomate, plat inconditionnel du petit-déjeûner britannique.

Candidat à Averton, dans le sud du pays de Galles, il a cette fois décidé de troquer son costume de super-héros pour un élégant costume rose-orangé pour gagner un peu de crédibilité. Dans sa circonscription, il fera face au travailliste Stephen Kinnock, qui est l‘époux de la Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt.

—Parti de la Réalité
Mark “Bez” Berry est un peu moins bouffon mais tout aussi sérieux. Membre du groupe de rock alternatif Happy Mondays, Bez a fondé l’année dernière le Parti de la Réalité (Reality Party) qui milite notamment contre l’austérité et le fracking, technique d’extraction du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

Candidat dans une circonscription de Manchester, au nord-ouest de l’Angleterre, il fait campagne en proclamant “Secouez vos maracas si vous êtes contre les frackers”.
Le parti présente trois autres candidats dans ces élections, dont Nigel Askew.
Ce dernier, qui se présente contre Nigel Farage, leader du UKIP, a réussi à convaincre un ami de lui laisser faire sa pub sur le dôme d’une mosquée.

Pub landlord

L’humoriste Al Murray se présente sous les traits d’un de ses personnages, un patron de pub patriote (Pub landlord), xénophobe et réac, qui se veut être une caricature du chef du UKIP, Nigel Farage, candidat dans la même circonscription dans le sud-est de l’Angleterre.

“Il me semble que le Royaume-Uni est prêt pour un mec qui agite une pinte dans tous les sens, en offrant des solutions de bon sens”, proclame Al Murray.
Parmi ses propositions phare, mettre les chômeurs en prison et murer le tunnel sous la Manche (avec des briques britanniques) pour stopper l’immigration.

Class war party
Le parti Class War, fondé en 2014, découle d’un journal anarchiste publié depuis 1983.
Adam Clifford et ses 6 camarades, prônent l’abolition de la monarchie et la disparition des élitistes public school, (qui n’ont de publique que le nom, ce sont des écoles privées). Ils veulent doubler les retraites

The Whig party
Disparu il y a cent cinquante ans, le parti Whig fait son retour sur la scène politique britannique. Ses candidats promettent une campagne optimiste et positive. The Whig party est pro-européen, pro-immigration et prône l‘égalité entre les sexes.
Seize anciens Premier ministres britanniques ont été issus du parti Whig original.

The True English (poetry) party
Ancien membre du parti écologiste, Michael George Gibson est surtout un poète. C’est pourquoi il se présente à ces élections. Pour promouvoir la poésie. Et aussi l‘écologie.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L’Ukraine festive et pleine de vie sur la scène parisienne