DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bras de fer entre Londres et Bruxelles sur le nouveau plan européen pour l'immigration

La mesure phare du plan vise à forcer les États à être solidaires pour l’accueil des réfugiés, via la mise en place d’un mécanisme de quotas

Vous lisez:

Bras de fer entre Londres et Bruxelles sur le nouveau plan européen pour l'immigration

Taille du texte Aa Aa

La mesure phare du plan vise à forcer les États à être solidaires pour l’accueil des réfugiés, via la mise en place d’un mécanisme de quotas obligatoires prenant en compte population et PIB, ainsi que le taux de chômage et le nombre de réfugiés déjà accueillis. En cas de crise et d’afflux massif de migrants, le plan prévoit aussi un transfert des demandeurs d’asile entre les États de l’Union.

Pour la ministre britannique de l’Intérieur, Theresa May : “les migrants qui tentent de gagner l’UE en traversant la Méditerranée devraient être renvoyés. Les accueillir ne peut qu’encourager plus de gens à risquer leur vie”. Une position partagée par le Danemark.

Un renforcement de la lutte contre les passeurs pour éviter les embarquements est également prévu. Une mission navale doit être lancée. La proposition sera faite lundi par Federica Mogherini, la chef de la diplomatie européenne.

Qu’en pense les ONG sur le terrain comme ici à Lampedusa ? La réponse de cette représentante de Human Rights Watch :

“J’ai demandé à quelques personnes si elles avaient entendu parler de l’idée d’une attaque militaire pour arrêter les réseaux de trafiquants de personnes. Personne ne savait, mais tout le monde était choqué. Tout le monde m’a dit : cela ne va pas détruire les bateaux, mais des vies humaines”, explique Judtih Sunderland.

Des budgets et des moyens accrus doivent aussi être mis en place pour renforcer la surveillance et le sauvetage en Méditerranée. Une mission assignée aux opérations Triton en Italie et Poséidon en Grèce. Le plan européen sera discuté les 15 et 30 juin par les instances communautaires.