DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La cité antique de Palmyre menacée par les barbares d'Etat islamique

Palmyre, connue aussi sous le nom de “Fiancée du désert”, est un site archéologique historique situé sur une oasis en plein coeur de la Syrie, et

Vous lisez:

La cité antique de Palmyre menacée par les barbares d'Etat islamique

Taille du texte Aa Aa

Palmyre, connue aussi sous le nom de “Fiancée du désert”, est un site archéologique historique situé sur une oasis en plein coeur de la Syrie, et attenante à la ville de Tadmor.

Point of view

Nous devons sauver Palmyre

Palmyre fut dans les temps anciens une cité monumentale et un carrefour commercial sur les routes liant la perse, les Indes et la Chine à l’empire romain.

Son histoire de ville d‘échange et de rencontre s’est concrétisée au long des siècles par son architecture exceptionnellement riche et variée, dont subsistent aujourd’hui des ruines exceptionnelles. La plupart ont été restaurées au fil des années et les visiteurs peuvent aujourd’hui y admirer une avenue de colonnades romaines, l’un des plus grands temples grecs du monde, une colline plantée de tours funéraires ou un théâtre du 1er siècle après J.C..

VIDEO: Source UNESCO

Si Etat islamique pénètre sur le site antique, sa destruction sera scellée. Ledirecteur syrien des Antiquités, Maamoun Abdulkarim, est le premier à le craindre.

La destruction ou même une détérioration partielle des ruines de Palmyre représenterait une catastrophe indescriptible. L’héritage de Palmyre aura t-il le même sort malheureux que ceux de Nimrud, Hatra ou Mossoul ?

“Nous devons sauver Palmyre”, a déclaré Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco. Le site, deux fois millénaire, est inscrit au patrimoine mondial de l’Humanité de l’Unesco. Il “a déjà souffert de pillages et représente un trésor irremplaçable pour le peuple syrien et pour le monde. J’en appelle à toutes les parties pour protéger Palmyre et fournir tous les efforts nécessaires à la prévention de sa destruction”. (voir la page Unesco de Palmyre )

Photos: Source UNESCO