DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Climat : Merkel et Hollande se veulent ambitieux

A l'occasion du dialogue de Petersberg, le président français et la chancelière allemande se sont dits "fermement résolués à déployer tous les efforts en vue de parvenir, à la fin de l'année à Paris,

Vous lisez:

Climat : Merkel et Hollande se veulent ambitieux

Taille du texte Aa Aa

Angela Merkel et François Hollande s’engagent sur le front climatique en signant une déclaration commune.

Point of view

Mobilisons-nous ! Agissons, c'est urgent, c'est notre intérêt. Car comme l'a dit la chancelière, le réchauffement climatique ce n'est pas simplement une menace, mais c'est aussi une opportunité considérable pour inventer un autre modèle de développement.

À Berlin, l’Allemagne et la France se sont dites “fermement résolues à déployer tous les efforts en vue de parvenir, à la fin de l’année à Paris, à un accord de l’ONU sur le climat qui soit ambitieux, global et contraignant”.

Angela Merkel, chancelière allemande :
“Nous allons annoncer à la conférence de Paris que le but global à long-terme est la réduction d’au moins 60 %, par rapport à 2010, des gaz à effet de serre. Ce qui voudrait dire une réduction de 50 % par rapport à 1990. Oui, c’est très ambitieux. Nous croyons qu’en joignant nos forces, nous serons capables d’y parvenir.”

Nous avons le devoir de réussir à surenchérir le président français rappelant que la conférence de Paris sur le climat aura lieu à la fin de l’année.

François Hollande, président français :
“Mobilisons-nous ! Agissons, c’est urgent, c’est notre intérêt. Car comme l’a dit la chancelière, le réchauffement climatique ce n’est pas simplement une menace, mais c’est aussi une opportunité considérable pour inventer un autre modèle de développement. “

Merkel et Hollande s’exprimaient au deuxième jour du “dialogue de Petersberg”. Une initiative qui rassemble les représentants de 35 pays. Les dirigeants ont été accueillis devant la Porte de Brandebourg, au cœur de Berlin, par de nombreux manifestants écologistes, dont Greenpeace, réclamant le passage aux 100 % d‘énergies renouvelables d’ici à 2050.