DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un travailleur sur quatre a un emploi stable dans le monde selon l'OIT

Vous lisez:

Un travailleur sur quatre a un emploi stable dans le monde selon l'OIT

Taille du texte Aa Aa

Seulement un quart des travailleurs dans le monde bénéficient d’un emploi stable, ce qui accentue leur insécurité, indique dans son étude annuelle sur l’emploi, l’OIT, l’Organisation internationale du Travail
Cette étude qui couvre 180 pays, totalisant 84% de la main d’oeuvre mondiale, souligne que les trois-quart de ces travailleurs ont des contrats temporaires ou de courte durée, et des emplois informels souvent sans contrat.

“Nous avons besoin, et les décideurs politiques ont besoin, affirme Guy Ryder, le directeur général de l’OIT, de prendre en compte les circonstances auxquelles font face les travailleurs partiels, les travailleurs sous contrat et les travailleurs temporaires; et de légiférer pour améliorer leurs conditions de travail en allant vers des traitements plus équitables”.

Parmi les travailleurs salariés, moins de la moitié : 42% nous dit l’OIT, disposent d’un contrat à durée indéterminée.
Il y a de fortes disparités selon les régions. Dans les économies développées et en Europe centrale et du Sud-Est, environ huit travailleurs sur dix sont des employés alors qu’en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne le chiffre est plutôt de deux sur dix.

“Peut-être que l’avenir et les questions de justice sociale pour lesquelles se bat l’Organisation internationale du Travail, ne seront ou ne pourront pas être atteintes par la généralisation de ces emplois permanents à temps plein que nos pères et grand-pères ont connu et qui étaient comme un héritage.
Nous nous posons en fait des questions assez fondamentales là-dessus, affirme encore Guy Ryder. Il faut désormais faire attention à ce passage des formes classiques d’emploi à ces formes inhabituelles que nous connaissons aujourd’hui”.

L‘écart de revenus entre travailleurs permanents et travailleurs temporaires s’est accentué au cours de la dernière décennie, affirme encore le rapport de l’OIT qui note que le passage des formes classiques d’emploi à ces formes inhabituelles est dans de nombreux cas associé à la montée des inégalités et de la pauvreté dans de nombreux pays.