Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Yémen : reprise des raids aériens de la coalition anti-Houthis

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Yémen : reprise des raids aériens de la coalition anti-Houthis

<p>Au Yémen, la coalition arabe emmenée par l’Arabie Saoudite a repris ce mardi ses raids aériens contre les positions de la milice chiite houthie.<br /> Ces frappes ont visé notamment la capitale, aux mains des Houthis depuis plusieurs mois.</p> <p>Ce sont les premiers bombardements sur Sanaa depuis la fin de la trêve observée la semaine dernière.</p> <p>On ignore le bilan exact de ces nouvelles frappes.<br /> En tout cas, depuis le mois de mars, les violences ont fait plus de 1800 morts, d’après les Nations Unies.</p> <p>> Voir <a href="http://reliefweb.int/report/yemen/yemen-humanitarian-pause-situation-report-no-5?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter">le rapport (en anglais) de <span class="caps">OCHA</span></a>, l’organisme de l’<span class="caps">ONU</span> dédié aux situations d’urgence</p> <p>Le secrétaire général de l’<span class="caps">ONU</span> était ce mardi à Genève. “J’exhorte les différentes parties à traiter leur différends au travers d’un dialogue politique, a déclaré Ban Ki-moon. Je réaffirme ma volonté de voir s’instaurer ce dialogue politique le plus tôt possible ici à Genève, avec la participation de toutes les parties”.</p> <p>De son côté, le gouvernement yéménite a organisé ces derniers jours une conférence politique à Riyad en Arabie Saoudite – c’est là que ce gouvernement s’est réfugié face à l’avancée des Houthis au Yémen.</p> <p>Le vice-président yéménite, Khaled Bahah a indiqué qu’il n’y aurait aucun dialogue avec les miliciens chiites tant que ceux-ci ne respecteront pas les résolutions de l’<span class="caps">ONU</span>, notamment celle qui les exhorte à se retirer des territoires qu’ils ont conquis.</p> <p>Les Houthis ont pris le contrôle d’une grande partie du Yémen, obligeant le président Abd Rabo Mansour Hadi à fuir.</p> <p>Les autorités yéménites accusent l’Iran de soutenir militairement cette milice chiite. Téhéran nie toute implication.</p>