DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"CO₂" : un opéra qui ne manque pas d'air


le mag

"CO₂" : un opéra qui ne manque pas d'air

En partenariat avec

Ah l’opéra. L’amour, la mort, la guerre drapés dans le lyrisme.
Mais en l’an 2015, la Scala de Milan fait tomber les masques… à gaz.

Voici “CO₂”, une formule chimique.
Une inédite référence au tableau périodique.
Un opéra qui traite des désastres écologiques.

“CO₂ c’est un opéra, peut-être le premier du genre, qui traite de la relation difficile, une relation d’amour, dramatique, jalouse, abusive, entre l’humanité et la nature”, explique le compositeur italien Giorgio Battistelli.

“La base de cet opéra c’est le docteur David Adamson qui donne une conférence sur les problèmes du changement climatique”, note le metteur en scène canadien Robert Carsen. “Cette conférence prend vie sur scène avec l’utilisation significative de la vidéo. Le concept du spectacle c’est un ordinateur qui devient énorme et on regarde à l’intérieur.”

“C’est intéressant artistiquement”, souligne le baryton anglais Anthony Michaels-Moore. “Je pense que c’est cohérent avec notre situation actuelle sur Terre. Je pense que si une seule personne dans le public est touchée de manière positive par ce que l’on présente, alors nous aurons réussi.”

“CO₂” c’est à Milan jusqu‘à la fin du mois de mai.
Un opéra dans l’air du temps et qui n’en manque pas, de l’air.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Les beaux mélanges d'Essaouira