DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dans "La petite Syrie", le camp de réfugiés d'Öncüpınar en Turquie

La Turquie, terre d’accueil pour près de deux millions de réfugiés, la plupart originaires de Syrie. Dans le camp d‘Öncüpınar dans la ville de Kilis

Vous lisez:

Dans "La petite Syrie", le camp de réfugiés d'Öncüpınar en Turquie

Taille du texte Aa Aa

La Turquie, terre d’accueil pour près de deux millions de réfugiés, la plupart originaires de Syrie.
Dans le camp d‘Öncüpınar dans la ville de Kilis près de la frontière syrienne, vivent 13 000 personnes, en majorité syriennes. Baptisé “La petite Syrie”, ce camp a ouvert en 2011.
Ici, pas de tentes, mais des centaines de préfabriqués et une gestion saluée par les Nations unies. Supermarchés, coiffeurs, cafés, écoles : c’est une ville dans la ville. Un peu de réconfort pour ceux qui ont tout perdu. Et même s’il y a peu de perspective dans ce camp, mieux vaut rester ici que de risquer sa vie en Syrie.

Ici, pas de tentes, mais des centaines de préfabriqués et une gestion saluée par les Nations unies. Selon des associations turques, ils seraient plus d’un million dispersé sur le territoire qui tentent de survivre. Une situation, parfois, source de tension avec les habitants. Alors, pour encourager le dialogue entre les deux communautés, le centre d’information Malumat a ouvert dans la ville voisine de Gaziantep. Au programme : conseils et cours gratuits dispensés en plusieurs langues. “Leur principale préoccupation c’est l’incertitude explique Serhan Alemdar. Ils sont dans une grande incertitude quant à leur avenir. Ils n’ont aucune perspective. Voilà pourquoi nous voulons cibler les jeunes.”

Certains sont là depuis près de trois ans. Une présence qui a un coût. Selon l’ONU, la Turquie a dépensé un peu plus de 3 milliards d’euros pour ces déplacés.