DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Géorgie, berceau de la culture du vin


science

La Géorgie, berceau de la culture du vin

En partenariat avec

Les scientifiques pensent que le site d’Imiri, dans le Sud-Est de la Géorgie, contient des vestiges qui pourraient prouver une fois pour toutes que ce pays est le plus ancien producteur de vin au monde.

Il y a 8 000 ans, à l‘époque néolithique, l’agriculture prospérait dans les trois villages qui forment aujourd’hui le site de Shulaveri – Shomutepe dans la vallée de Marneuli.

Et l’un des produits cultivés était le raisin, pour faire du vin.

“Ce qui est important au sujet de ce site est qu’il produit l’une des premières espèces de raisin domestiqué, utilisé pour faire l’un des vins les plus anciens. On sait qu’une amphore à vin à été découverte à Shulaveri, preuve d’une production de vin très ancienne. Mais il se peut qu’ici, le vin ait été produit encore plus tôt, ce qui ferait remonter l’activité vinicole en Géorgie à – 6 000 avant JC” estime Stephen Batiuk, de l’université de Toronto.

“Le but de ce projet est de se pencher sur l’histoire de l’agriculture. Il ne s’agit pas seulement de chercher le vin le plus ancien, nous avons trouvé ici des traces très anciennes de fabrication de vin, mais aussi de s’intéresser à la domestication des semences, des différents produits agricoles, qui montrent que le Caucase et la Géorgie faisaient partie de ce territoire géographique, appelé Croissant Fertile, où l’agriculture est apparue et où les premières civilisations se sont développées” explique David Lordkipanidze, directeur du musée national de Géorgie.

Le Caucase, et la Géorgie, font partie de ce que l’on appelle le Croissant Fertile – une bande de terre fertile qui s‘étend de la Haute Egypte à la Mésopotamie, c’est-à-dire l’Irak actuel, le Koweït et le Nord-Est de la Syrie.

Parfois qualifiée de berceau de la civilisation, cette région est considérée comme le lieu de naissance de l’agriculture.

La Géorgie possède plus de 500 variétés de raisin.

Prochain article

science

L'hygiène à l'hôpital, c'est le pied