DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Mustang" : la difficulté d'être une fille dans la Turquie rurale


cinema

"Mustang" : la difficulté d'être une fille dans la Turquie rurale

En partenariat avec

C’est un film d’une grande fraîcheur qui a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs, en sélection parallèle du Festival de Cannes : “Mustang”, comme les chevaux sauvages, mais ici, ce sont des adolescentes.

C’est le premier film d’une jeune réalisatrice turque, qui a fait ses études de cinéma en France, Deniz Gamze Ergüven : “J’avais vraiment une urgence de prise de paroles sur ce que c’est d‘être une fille, une femme en Turquie aujourd’hui, et c’est une question qui est très, très discutée, très disputée dans la société turque en ce moment, et où les femmes et les jeunes filles ont peu la parole”, explique-t-elle.

L’histoire se déroule dans un village reculé de Turquie. Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. Après cet incident initial, la maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

“J’avais vraiment envie de faire de ces filles des héroïnes, des figures de courage, d’intelligence et de persévérance, et tout un tas de valeurs qui sont rarement prêtées aux femmes dans le cinéma. Les filles me font penser un peu à James Dean, il y a quelque chose qui est à la fois contestataire, mais beau, avec toute sa beauté, sa fraîcheur, sa jeunesse et donc même si cela peut être considéré comme un point de vue critique, je trouve que c’est une critique très importante et qui génère quelque chose de positif”, confie la réalisatrice.

C’est un film à la mise en scène enlevée, un film fougueux comme un cheval au galop, qui bat en brèche le conservatisme ambiant dans la Turquie d’aujourd’hui.

Le film sortira en Turquie à l’automne. Une présence au Festival de Cannes est un gage pour que le film soit vendu et diffusé largement.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

"Nahid" ou la liberté d'aimer