DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

WizzAir, troisième low-cost européenne, fête ses 11 ans

Vous lisez:

WizzAir, troisième low-cost européenne, fête ses 11 ans

Taille du texte Aa Aa

Elle est à l’Europe de l’Est ce que Ryanair et Easyjet sont à l’Europe de l’Ouest. Wizz Air fête ses 11 ans d’existence cette semaine. Pour l’occasion, la compagnie hongroise à bas prix, troisième low-cost européenne, a complètement relooké ses avions – pas moins de 59 A320. Un luxe qu’elle peut se permettre : 16 millions et demi de passagers lui ont fait confiance sur l’exercice achevé fin mars.

Comment WizzAir négocie-t-elle les turbulences ? Notre correspondante à Budapest, Beatrix Asboth, a posé la question à son PDG, Jozsef Varadi à la faveur d’un vol d’inauguration pour Varsovie.

Beatrix Asboth, euronews :

“ Quel est l’impact des grèves de l’an dernier et de la tragédie de Germanwings sur le marché aérien, est-ce qu’elles ont bouleversé la donne ? “

Jozsef Varadi, PDG de WizzAir

“ La période actuelle est très favorable au transport aérien. Les prix du pétrole sont très bas, les taux d’intérêt sont bas. Donc nous n’anticipons aucun bouleversement sérieux. Les compagnies aériennes populaires deviennent plus efficaces, mais celles qui réussissent moins bien ne peuvent pas saisir les opportunités quand le secteur redécolle. “

Wizzair propose 380 itinéraires dans pas moins de 38 pays. Mais fin avril, la compagnie hongroise a décidé de se retirer d’Ukraine.

Beatrix Asboth, euronews :

“ WizzAir a restructuré sa division en Ukraine, pourquoi ?”

Jozsef Varadi, PDG de WizzAir :

“ Le plus gros problème en Ukraine est que la Banque centrale a durci les règles de change entre la devise nationale et les devises étrangères. Cela signifiait que nous ne pouvions plus changer les Hryvnias en dollars américains. Nos recettes étaient en Hryvnias et nos dépenses en dollars. Nous ne pouvions plus gérer cette situation, donc nous avons dû fermer notre division ukrainienne. “

Pas de quoi couper les ailes à la jeune low-cost aux grandes ambitions après des débuts remarqués en bourse à Londres. En trois mois, le titre s’est envolé de 20 %, rapportant à Wizzair 100 millions de livres sterling.