DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Arabie saoudite : EI revendique l'attentat contre la minorité chiite


Arabie Saoudite

Arabie saoudite : EI revendique l'attentat contre la minorité chiite

Le groupe Etat islamique a revendiqué l’attentat suicide contre la minorité chiite d’Arabie saoudite. Un kamikaze s’est fait exploser dans la mosquée Imam Ali d’el Koudeih, en pleine prière du vendredi. 150 personnes y étaient réunies. Les autorités saoudiennes parlent de 21 morts, dont le terroriste, et d’au moins 90 blessés.

Déclaration de guerre

Dans son message de revendication, EI parle de 250 morts ou blessés. En novembre dernier, alors qu’il proclamait un califat à cheval sur la Syrie et l’Irak, le leader des terroristes salafistes sunnites, Abou Bakr el-Bagdadi, avait appelé les Saoudiens à se soulever contre la minorité chiite de leur pays, mais aussi contre la famille royale et l’armée, à qui il reproche les liens avec l’Occident. Une véritable déclaration de guerre.

Tensions inter-confessionnelles

La minorité chiite d’Arabie saoudite vit regroupée dans l’est du royaume sunnite. Les frappes saoudiennes au Yémen contre les rebelles chiites Houthis soutenus par l’Iran attisent depuis deux mois les tensions inter-confessionnelles dans le pays.

Alors que les ambulances se pressaient vers la mosquée Imam Ali, les chiites ont manifesté leur colère contre un pouvoir sunnite qui, disent-ils, ne protège pas leurs lieux de culte. Ils redoutent de nouvelles attaques. En novembre, une fusillade sans précédent dans un lieu de culte chiite avait fait sept morts, dont des enfants, laissant le royaume sous le choc. Depuis, la sécurité saoudienne a multiplié les arrestations dans les milieux extrémistes sunnites, soupçonnés de liens avec Etat islamique.

Depuis le Liban, le Hezbollah chiite pro-iranien a condamné le nouvel attentat. Il tient l’Arabie Saoudite pour seule responsable.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Colombie : les Farc suspendent leur trêve