DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne: le bipartisme remis en question par la poussée électorale de Podemos

Les conservateurs et les socialistes ont été bousculés lors des élections locales et régionales de ce dimanche.

Vous lisez:

Espagne: le bipartisme remis en question par la poussée électorale de Podemos

Taille du texte Aa Aa

Deux nouvelles forces politiques font une entrée spectaculaire sur la scène politique espagnole, à l’occasion des élections locales et régionales de ce dimanche : d’une part, Ciudadanos, formation libérale centriste, et surtout Podemos, parti de la gauche radicale, issu du mouvement des Indignés.

Point of view

Les électeurs ont clairement exprimé une volonté de changement.

Manuela Carmena, la candidate de Podemos à Madrid, est en passe de remporter la mairie de la capitale. “Les électeurs ont clairement exprimé une volonté de changement”, a déclaré cette ancienne magistrate.
Le changement est d’autant plus remarqué que la ville était dirigée depuis près de 25 ans par les conservateurs du Parti populaire (PP).

“Les partisans de Podemos font la fête ici, explique le correspondant d’euronews. Manuela Carmena a réussi à mettre un terme à la domination du Parti populaire sur la capitale. A présent vont s’engager les négociations pour former une coalition. Mais ce qui est sûr, c’est qu’une nouvelle ère s’ouvre ici dans la capitale espagnole”.

Ces scrutins locaux et régionaux auront été marqués par un recul des socialistes mais surtout des conservateurs. Le Parti populaire risque de perdre une partie des villes et des régions qu’il dirigeait.

Esperanza Aguirre était la candidate du PP à Madrid. Elle a avancé quelques explications à la débâcle de son parti, évoquant notamment les difficultés économiques du pays liées à la crise financière, le problème du chômage, mais aussi les affaires de corruption…

Tout aussi symbolique, à Barcelone : le score de Podemos qui fait mieux que les indépendantistes, et qui pourrait donc remporter la mairie de la capitale catalane.

Pour les observateurs, ces scrutins d’hier pourraient marquer la fin du bipartisme en Espagne. Confirmation (ou non) lors de la prochaine élection, les législatives, prévues à la fin de l’année.

Pour aller plus loin :

> Article Les indignés font plier le bipartisme

> Article Ada Colau, une ‘indignée’ qui pourrait diriger Barcelone