DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Iran : début du procès du correspondant du Washington Post


Iran

Iran : début du procès du correspondant du Washington Post

Jason Rezaian, est journaliste pour le quotidien américain Washington Post. Il est accusé d’espionnage par les autorités iraniennes. Son procès s’est ouvert ce mardi matin à Téhéran. La première audience a duré moins de trois heures.

Jason Rezaian a la double nationalité américaine et iranienne.

Son procès se déroule à huis clos.

“Le fait que ce soit à huis clos prouve que les Iraniens ont peur, estime Ali Rezaian, le frère de l’accusé. Ils ne veulent pas qu’on constate qu’ils n’ont aucune preuve. C’est une parodie de justice et cela fait 10 mois que ça dure. Ce n’est pas le genre du système judiciaire iranien et du gouvernement iranien de tenir des preuves cachées quand ils peuvent les mettre en avant et les utiliser pour leur propagande.”

Jason Rezaian travaille pour le Washington Post depuis 2012. Au moment de son arrestation, il était le chef du bureau du quotidien américain à Téhéran.

A la direction du journal, on se dit plutôt inquiet. Douglas Jehl est le rédacteur en chef international du Washington Post. “On attend du tribunal, si tant est qu’il effectue son travail de manière équitable, qu’il prononce immédiatement l’acquittement de Jason ainsi que son épouse, et qu’il les libère. Mais la procédure est tellement opaque, tellement peu impartiale, qu’on ne peut s’empêcher d‘être inquiets”, a-t-il déclaré avant l’ouverture du procès.

Jason Rezaian a été arrêté en juillet 2014 en même temps que son épouse, Yeganeh Salehi, également journaliste. Lui est en détention provisoire depuis. Elle a été libérée sous caution, mais ils comparaissent ensemble devant le tribunal de Téhéran.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Pérou : deux régions en colère contre des compagnies minières, 5 morts