DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fifagate : qui sont les suspects ?

La FIFA ne s’attendait certainement pas à un tel séisme, à la veille de l’ouverture de son congrès annuel. C’est au Baur Au Lac, un hôtel luxueux du

Vous lisez:

Fifagate : qui sont les suspects ?

Taille du texte Aa Aa

La FIFA ne s’attendait certainement pas à un tel séisme, à la veille de l’ouverture de son congrès annuel. C’est au Baur Au Lac, un hôtel luxueux du centre de Zurich, que les policiers suisses ont procédé aux arrestations à la demande de la justice américaine. Neuf membres de l’instance mondiale du football ont été inculpés. Parmi eux figure Jeffrey Webb, vice-président de la FIFA et président de l’illustre CONCACAF, la Confédération d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et des Caraïbes.

Autres inculpés :

L’ex-président de la Fédération uruguayenne, Eugenio Figueredo, qui a aussi été à la tête de la Confédération sud-américaine de football.

Le président de la Fédération brésilienne, José Maria Marín, qui est par ailleurs membre du Comité d’organisation de la FIFA pour le football olympique.

Le président de la Fédération costaricaine, Eduardo Li, qui était pressenti pour devenir ce vendredi membre du comité exécutif de la FIFA.

Le président de la Fédération vénézuélienne, Rafael Esquivel, qui est aussi membre du comité exécutif de la CONMEBOL, la Confédération sud-américaine.

Le président de la Fédération nicaraguayenne, Julio Rocha, qui est aussi chargé du développement à la FIFA.

L’ancien vice-président de la FIFA, Jack Warner, qui dirige la Fédération des Caraïbes (CFU).Il n‘était pas présent à Zurich. Il est déjà impliqué dans de nombreuses affaires de corruption.

Costas Takkas est collaborateur du président de la CONCACAF.

Nicolas Leoz est un ancien membre du Comité exécutif de la FIFA, et ancien président de la Confédération sud-américaine.

Tous sont soupçonnés d’avoir perçu des pots-de-vin ou des commissions frauduleuses au cours des 25 dernières années. Cinq dirigeants d’entreprises de marketing, des partenaires de la FIFA, ont également été inculpés.

Par ailleurs, le parquet suisse enquête, dans le cadre d’une procédure distincte, sur des soupçons de blanchiment d’argent et de gestion déloyale entourant les attributions du Mondial 2022 au Qatar et du Mondial 2018 en Russie. Des documents électroniques ont été saisis au siège de la FIFA.