DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Répartition des demandeurs d'asile : 40.000 relocalisations proposées par Bruxelles


Le bureau de Bruxelles

Répartition des demandeurs d'asile : 40.000 relocalisations proposées par Bruxelles

40.000. C’est le nombre de réfugiés que la Commission européenne propose de répartir entre les pays européens pour soulager l’Italie et la Grèce. Il s’agirait de demandeurs d’asile syriens et érythréens et la répartition se ferait selon des critères comme le PIB du pays ou sa population. L’Allemagne, la France, l’Espagne et la Pologne seraient appelées à en accueillir le plus grand nombre.

Pour le commissaire européen en charge de la Migration, Dimitris Avramopoulos, le principe de solidarité doit primer.

“ Le mécanisme de relocalisation proposé ici constitue un partage équitable du fardeau entre l’Italie et la Grèce d’un côté et les Etats membres qui sont invités à contribuer de l’autre “, a-t-il déclaré.

Le Royaume-Uni, l’Irlande et le Danemark ayant des dérogations, ils
ne sont pas sollicités. Mais 40.000 relocalisations en deux ans, pour Aspasia Papadopoulo de l’ONG European Council on Refugees and Exiles, c’est une goutte d’eau dans la mer.

“ L’Italie et la Grèce ne seront pas vraiment soulagées en ce qui concerne la réception, l’assistance et la protection à accorder, dit-elle. Parce que ces 40.000 ne représentent qu’une partie de ceux qui arriveront en Italie et la Grèce dans les mois qui viennent. L‘été arrive et ils seront des milliers à affluer. “

Un des autres volets de l’action européenne, c’est aussi l’opération militaire en Méditerranée décidée la semaine dernière afin de démanteler les réseaux de passeurs. En visite à Bruxelles, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a estimé que c‘était une mauvaise réponse.

“ Lorsque vous envisagez de détruire ces bateaux, vous risquez au final de priver ces gens des faibles moyens dont ils disposent “, a-t-il regretté.

Si la mission militaire est bel et bien sur les rails, la proposition de répartition des demandeurs d’asile devra, elle, recevoir le feu vert des Etats membres, ce qui ne sera pas une mince affaire tant les oppositions sont nombreuses notamment en Hongrie, en Pologne, dans les pays baltes et même en France.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Bloggeur saoudien condamné à 1000 coups de fouets : l'appel à l'aide de son épouse