DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

FIFA : les sponsors sont en colère


économie

FIFA : les sponsors sont en colère

“Notre déception et notre inquiétude vis-à-vis de la FIFA, au regard des derniers développements, est profonde” : c’est le message qu’a fait passer VISA, le groupement de cartes bancaires, un des principaux sponsors de la FIFA, menaçant même de revoir son contrat avec la Fédération internationale de football.
Les autres grands sponsors de la Fifa : Adidas, CocaCola, Hyundai ou bien encore Gazprom, demandent instamment à l’institution de prendre des mesures rapides pour régler je cite : “ces problèmes”.
“Cette longue controverse a terni la mission et les idéaux de la Coupe du monde de la FIFA”, écrit par exemple CocaCola dans un communiqué.

“Je pense qu’il y a des chances sérieuses pour que de grands groupes qui font vraiment attention à leur propre image, pensent à déménager ailleurs leur sponsoring, ce ne sera pas simplement une renégociation des contrats, explique Kathleen Brooks, directeur de la recherche à Forex.com. Je pense que l’ensemble du football pourrait vraiment souffrir de tout ça”.

Certains analystes estiment que la corruption potentielle au sein de la FIFA provient surtout des flux financiers générés dans les pays hôtes qui profitent souvent de l‘évènement coupe du monde – cette compétition représente 80% des revenus de la FIFA – pour construire des stades, des aéroports et de nombreuses infrastructures. Autant d’enjeux considérables pour les acteurs économiques concernés.

La Coupe du Monde 2022 au Qatar est régulièrement critiquée pour des histoires de corruption et les logos des sponsors sont allègrement détournés pour dénoncer les conditions de travail dans l‘émirat.

A partir de novembre dernier, en trois mois, la Fifa a perdu cinq sponsors, dont deux majeurs : Sony et Emirates. Soupçonnée de corruption lors de l’attribution des Mondiaux 2018 en Russie et 2022 au Qatar. L’instance internationale était déjà devenue gênante pour l’image des grands groupes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

La banque russe Sberbank, victime de la crise et des sanctions