DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le scandale de la Fifa : sur quoi porte l'enquête

Blanchiment, comptes cachés, millions de dollars de pots-de-vin: la justice américaine a dressé mercredi un état des lieux accablant d’une corruption

Vous lisez:

Le scandale de la Fifa : sur quoi porte l'enquête

Taille du texte Aa Aa

Blanchiment, comptes cachés, millions de dollars de pots-de-vin: la justice américaine a dressé mercredi un état des lieux accablant d’une corruption “endémique” au sein de la Fifa, en annonçant 14 inculpations à New York et réclamant plusieurs extraditions. Un coup de tonnère qui a éclaté mercredi matin à l’aube, avec l’interpellation de sept personnes dans un hôtel de Zurich, à deux jours de l‘élection présidentielle de la Fédération.

Les 47 chefs d’inculpation retenus contre neuf responsables de la Fifa, dont deux vice-présidents, et contre cinq partenaires, les accusent de complot de “racket, fraude et blanchiment”, sur une période de 25 ans, durant laquelle ces responsables du football mondial auraient “sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions” en échange notamment des droits médiatiques et marketing pour les tournois internationaux de football.

L’acte d’accusation contre les 14 inculpés fait 164 pages. Il raconte des entreprises écrans, des paradis fiscaux, des comptes cachés à l‘étranger, des enveloppes de cash, l’achat d’un appartement à Miami, d’oeuvres d’art, et l’utilisation de services de consultants “pour créer une apparence de légitimité pour des paiements illicites”.
Des dizaines de millions de dollars ont été retrouvés dans des comptes à Hong Kong, aux îles Caïman ou en Suisse.

Le FBI a aussi perquisitionné mercredi le siège de la Confédération d’Amérique du nord, centrale et Caraïbes (Concacaf) à Miami.

L’enquête américaine, qui a duré plusieurs années, a aussi établi que l‘édition 2016 du centenaire de la Copa America, prévue aux Etats-Unis, avait “servi à remplir les poches des responsables, pour un total de 110 millions de dollars. Presque un tiers du coût légitime des droits des tournois concernés”.

La liste des 14 personnes accusées par la justice américaine

Neuf responsables de la FIFA :

Jeffrey Webb : Actuel vice-président et membre du comité exécutif de la FIFA, président de la CONCACAF, membre exécutif de l’union de football des Caraïbes (CFU) et président de l’association de football des Îles Caymans (CIMA)

Eduardo Li : Membre du comité exécutif de la FIFA, membre du comité exécutif de la CONCACAF et président de la fédération de football du Costa Rica (FEDEFUT).

Julio Rocha : Haut fonctionnaire de la FIFA. Ancien président de l’union de football d’Amérique Centrale et président de la fédération de football du Nicaragua (FENIFUT).

Costas Takkas : Haut fonctionnaire, attaché au président de la CONCACAF. Ancien secrétaire général de l’association de football des Îles Caymans (CIMA).

Jack Warner : Ancien vice-président de la FIFA et membre du comité exécutif, président de la CONCACAF, président de l’union de football des Caraïbes (CFU) et conseiller spécial de la fédération de football de Trinité et Tobago (TTFF).

Eugenio Figueredo : Actuel vice-président et membre du comité exécutif de la FIFA. Ancien président de la fédération de football sud-américaine (CONMEBOL) et président de la fédération uruguayenne de football (AUF).

Rafael Esquivel : Membre du comité exécutif de la fédération de football sud-américaine (CONMEBOL) et président de la fédération de du Venezuela (FVF).

José Maria Marin : Membre du comité d’organisation de la FIFA pour les tournois olympiques de football. Ancien président de la confédération brésilienne de football (CBF).

Nicolás Leoz : Ancien membre du comité exécutif de la FIFA et président de la fédération de football sud-américaine (CONMEBOL).

Quatre cadres de sociétés de marketing sportif :

Alejandro Burzaco: Actionnaire principal de Torneos y Competencias SA, une entreprise de marketing sportif basée en Argentine.

Aaron Davidson: Président de Traffic Sports USA Inc. (Traffic USA), l’une des plus grosses entreprises de marketing sportif basée au Brésil.

Hugo et Mariano Jinkis: Actionnaires de Full Play Group SA, une entreprise de marketing sportif basée en Argentine.

Un intermédiaire entre les cadres du marketing sportif et les fonctionnaires de la FIFA : José Margulies, actionnaire principal de Valente Corp. et Somerton Ltd.

Réactions:

Walter de Grégorio, porte-parole de la Fifa :
“Le président Blatter et la Fifa peuvent faire le ménage jusqu‘à un certain point, mais après nous avons besoin de l’aide de la justice…. Vous n’allez pas me croire, mais tout ce qui se passe, c’est bon pour la Fifa, pas bon pour l’image, pas bon pour la réputation, mais c’est bon pour faire la lumière”,

Sepp Blatter :
“C’est un moment difficile pour le football, les supporteurs et la Fifa. De tels comportements n’ont pas leur place dans le football et nous nous assurerons que ceux impliqués seront exclus du jeu. Nous continuerons à travailler avec les autorités compétentes et nous nous efforcerons avec vigueur, à l’intérieur de la Fifa, d‘éradiquer tout comportement inapproprié, afin de regagner la confiance”

Uefa :
“Les membres du Comité exécutif de l’UEFA sont convaincus qu’on a besoin d’un profond changement à la tête de la Fifa et croient fermement que le Congrès de la FIFA doit être reporté, et que de nouvelles élections présidentielles doivent être organisées dans les prochains six mois.”

Greg Dyke, président de la Fédération anglaise de football :
«Sepp Blatter doit abandonner son poste de président. Il n’est pas possible de rétablir la confiance en la FIFA si Sepp Blatter est encore là. Il doit s’en aller en démissionnant, ou il doit être mis en minorité, ou nous devons trouver une troisième voie.”

Coca Cola :
“Cette longue controverse a terni la mission et les idéaux de la Coupe du Monde de la FIFA, nous avions à maintes reprises exprimé nos préoccupations au sujet de ces graves allégations.”

Adidas :
“Au vu des informations parues aujourd’hui, nous ne pouvons qu’encourager la Fifa à continuer de mettre en place et à respecter des normes conformes à la transparence dans tout ce qu’elle fait.”

Nike :
“Nike croit à l‘éthique et au fair-play dans les affaires comme dans le sport et s’oppose vigoureusement à toute forme de manipulation ou de corruption. Nous coopérons et nous continuerons de coopérer avec les autorités.”

Diego Maradona :
“Les Américains ont accompli un travail exemplaire. Je me réjouis, car j’en parlais depuis longtemps. On m’a traité de fou. Aujourd’hui, le FBI a dit la vérité. J’espère fermement que Blatter devra aller s’expliquer aux Etats-Unis! Cela fait dix ans qu’ils le poursuivent”

Luis Figo, ex-footballeur portugais:
“Ceux qui aiment le football comme moi verront cette journée du 27 mai comme une des pires de l’histoire de la Fifa. Je répète ce que j’ai déjà dit la semaine dernière : ce qui est prévu vendredi à Zurich n’est pas une élection. Il y a désormais beaucoup de gens qui pensent comme moi. Ce serait une erreur que de maintenir l‘élection.

Gary Lineke, ex-footballeur anglais:
“Il ne peut y avoir une organisation plus corrompue sur terre que la Fifa. Le château de cartes s’effondre. Est venu le temps du changement!”

Marco Polo Del Nero :
Le président de la Confédération brésilienne a admis mercredi que son instance vivait un moment «terrible» avec l’interpellation en Suisse de son prédécesseur José Maria Marin. «Il est évident que ce n’est pas bon, c’est terrible, mais avant tout, nous devons savoir ce qui s’est passé et je n’en ai pas la moindre idée»,

Laurent Fabius :
“Cela fait beaucoup d’années qu’il y a des accusations de corruption dans ce milieu. La raison serait qu’on prenne un peu de temps, qu’on regarde ce qui est fondé, pas fondé, ensuite les instances se prononceront mais là, ça va donner une image désastreuse. Je dis ça à titre personnel, mais ça me paraîtrait du bon sens.”

Vladimir Poutine :
“Il s’agit d’une violation très grossière des règles de fonctionnement des organisations internationales», a expliqué le président russe, accusant accusant Washington d‘«imposer sa juridiction aux autres» dans une affaire où «aucun des fonctionnaires (de la FIFA) n’est américain» et où «aucun fait ne s’est produit aux Etats-Unis”.

Dilma Roussef :
La présidente brésilienne a souhaité que toutes les Coupes du monde de football et toutes les activités de ce sport fassent l’objet d’une enquête. «S’il faut enquêter, il faut enquêter sur toutes les coupes, toutes les activités», a-t-elle assuré. Le Brésil a accueilli le Mondial 2014.