DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Séisme à la FIFA : les dernières infos


Insight

Séisme à la FIFA : les dernières infos

C’est un véritable séisme qui a frappé la Fifa mercredi avec l’ arrestation a Zurich a la demande des autorites americaines de neuf responsables du monde de football soupçonnés de corruption notamment dans le cadre de l’attribution de plusieurs coupes du monde ou de droits de retransmissions. Les suspects ont été placés en détention et font l’objet d’une demande d’extradition américaine.

Au total, neuf élus actuels ou passés de la Fifa et cinq partenaires de l’instance mondiale du football ont été inculpés de corruption, racket et blanchiment à New York, accusés d’avoir reçu ou distribué plus de 150 millions de dollars depuis 1991, pour les droits de diffusion de tournois internationaux.

Joseph Blatter, 79 ans, le président de la Fifa doit briguer vendredi un 5e mandat. mais l’UEFA dirigé par Michel Platini, lui demande de demissionner.

Euronews a interviewé depuis Londres, Robert Barrington, directeur exécutif de l’ONG Transparency International, une organisation consacrée à la lutte contre la corruption mondiale.

Chris Cummins, Euronews : bonjour Robert, quelle a été votre première réaction après la décision des autorités américaines et suisses d’arrêter plusieurs hauts dirigeants de la FIFA, une opération bien planifiée ?

Robert Barrington, Transparency International : “Plusieurs réactions. La première, je pense, que ce n‘était vraiment pas une surprise, car il y avait de nombreuses allégations de corruption entourant la FIFA et depuis longtemps. Et ma seconde réaction, c’est le temps, il leur a fallu si longtemps”.

Chris Cummins, Euronews : la politique internationale est-elle derrière ces enquêtes ? En particulier, celle sur la Coupe du Monde 2018 qui se tiendra en Russie ?

Robert Barrington, Transparency International : “Il est tentant de spéculer sur une éventuelle connexion avec la Russie étant donné l’appui du président Poutine à Sepp Blatter mais si j’ai bien compris, ces enquêtes ont commencé il y a plusieurs années, bien avant les querelles géopolitiques actuelles entre la Russie et le reste du monde. Je ne suis donc pas sûr que la politique internationale soit derrière tout ça”.

Chris Cummins, Euronews : que doit faire la FIFA maintenant ? Et son président, Sepp Blatter ?

Robert Barrington, Transparency International : “Eh bien, dans la plupart des organisations touchées par ce type d’affaire, vous pouvez prédire plus ou moins ce qui va arriver avec une enquête pour corruption internationale menée par les autorités américaines. Les gens font de la repentance express, parfois, on leur conseille de coopérer avec les enquêteurs de manière très complète puis en cas d’enquête sans collaboration, ça se termine avec de fortes amendes et des peines de prison. Mais, la FIFA vit dans le monde d’Alice au pays des Merveilles, c’est donc très difficile de prédire ce qui va passer. On sait ce qui doit se passer mais est-ce que cela va arriver, c’est une autre histoire”.

Chris Cummins, Euronews : comment est-il possible qu’une organisation sportive puisse devenir aussi puissante et s’asseoir à la table des grands décideurs ?

Robert Barrington, Transparency International : “La FIFA est assez remarquable à cet égard, elle a vraiment une énorme influence et la réponse très simple, c’est l’argent ! Il y a beaucoup d’argent entourant le football. Les gouvernements sont très tentés de participer en raison du prestige national, et puis c’est le sport le plus populaire au monde. C’est une combinaison très tentante pour de nombreux gouvernements, celle de l’argent et de la popularité”.

Chris Cummins, Euronews : le monde est-il meilleur depuis 24 heures ?

Robert Barrington, Transparency International : “Je pense qu’il est un peu meilleur. Je pense qu’il le sera encore plus quand tous ceux qui sont responsables de ce genre de corruption seront vraiment tenus de rendre des comptes, quand la FIFA sera une organisation réformée et quand nous saurons que le football mondial, mais en fait, tous les sports seront gérés dans l’intérêt du sport, du jeu et non plus dans un but financier”.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

La justice américaine tacle la FIFA