DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Régionales partielles en Italie : Matteo Renzi victorieux mais légèrement affaibli

Au lendemain des élections régionales partielles, Matteo Renzi s’est envolé pour l’Afghanistan, sans faire de commentaire sur les résultats du

Vous lisez:

Régionales partielles en Italie : Matteo Renzi victorieux mais légèrement affaibli

Taille du texte Aa Aa

Au lendemain des élections régionales partielles, Matteo Renzi s’est envolé pour l’Afghanistan, sans faire de commentaire sur les résultats du scrutin.

Point of view

Le gouvernement Renzi a un rôle à jouer en terme de réformes au niveau national, qu'aucun autre parti, aucune autre coalition n'est en mesure de jouer.

Une visite surprise pour le contingent transalpin à la veille de la fête nationale italienne.

Si le Parti démocrate a remporté cinq des sept régions en lice dimanche, la chute du nombre de voix cumulé en sa faveur et la perte de la Ligurie font figure de revers pour le jeune Président du Conseil italien.

En rouge, les régions remportées par le Parti démocrate, en bleu, la Vénétie fief de la Ligue du Nord qu’elle remporte haut la main, et la Ligurie où, au grand dam, des démocrates, Forza Italia l’emporte devant le Mouvement 5 étoiles de Beppe Grillo, parti anti-système.

Un affaiblissement qui ne change pas grand chose, comme l’explique cet analyste :

Ce n’est pas vraiment significatif pour le gouvernement Renzi . Selon moi, à ce stade, le gouvernement Renzi a un rôle à jouer en terme de réformes au niveau national, qu’aucun autre parti, aucune autre coalition n’est en mesure de jouer à ce jour.”

Le Parti démocrate, qui contrôle tout de même encore 17 des 20 gouvernements régionaux, a estimé que ces résultats étaient la manifestation d’un soutien clair de l‘électorat en faveur du programme de réformes du gouvernement. 

Malgré tout, ce scrutin partiel peut être vu comme la première contestation de l’emprise du Parti démocrate sur la vie politique italienne depuis l’accession au pouvoir de Matteo Renzi en février 2014.

A noter le faible taux de participation (54 %), qui pourrait traduire le sentiment de désillusion de nombreux électeurs après une campagne plutôt dominée par des affaires de corruption et des querelles partisanes.