DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les divorcés du Front national, Le Pen père et fille, passent devant la justice

Vous lisez:

Les divorcés du Front national, Le Pen père et fille, passent devant la justice

Taille du texte Aa Aa

On pensait bien que Jean-Marie Le Pen, vieux briscard de la politique française, n’allait pas se laisser faire comme ça. Le cofondateur du Front national répond à sa fille Marine en assignant le parti d’extrême-droite devant le tribunal de Nanterre, dans le département des Hauts-de-Seine, en région parisienne. C’est ce qu’il a annoncé ce mardi, précisant que l’audience du tribunal aura lieu le 12 juin et qu’il y assistera. Il explique qu’il conteste son exclusion du FN comme adhérent et donc ainsi “l’interprétation extensive des statuts” qui permet de lui retirer sa présidence d’honneur. Les dirigeants actuels du parti, la présidente Marine Le Pen en tête, avaient décidé de “taper fort” le 4 mai dernier, en le rayant de la liste des adhérents.

Pour l’avocat de Jean-Marie Le Pen, Me Frédéric Joachim, les conséquences sont multiples : “Il n’a plus de carte de crédit du Front national, énumère-t-il, on lui refuse l’entrée, on a réattribué son bureau, on lui refuse de participer à toutes les instances”. Il estime que la direction du FN “n’a pas respecté la procédure disciplinaire normale” et “a violé les statuts” du mouvement politique. Le Pen père, qui va bientôt fêter ses 87 ans mais n’a pas perdu sa verve, a commenté : “C’est une méthode stalinienne, ce n’est pas très courant à droite”. Il continue de contester la tenue d’une assemblée générale extraordinaire du Front national, décidée par sa fille, et estime que la déchéance de sa présidence d’honneur vise à le “museler” avant ce congrès. Le chef historique du FN n’a pas pu s’empêcher de tacler au passage son ennemi préféré, Florian Philippot, le vice-président du mouvement : il a parlé “des socialistes-nationaux-gaullistes à la manoeuvre”.

Marine Le Pen est excédée par les remarques antisémites à répétition de son papa vieillissant, notamment sur les chambres à gaz utilisées industriellement par les nazis pour exterminer les Juifs de l’Europe entière. A chaque fois, ses provocations mettent par terre les efforts constants de l’extrême-droite “nouveau style” visant à paraître plus fréquentable sur l’échiquier politique français. Une “guerre froide” semble désormais s’installer entre le père et la fille; cette dernière a simplement fait un constat ce mardi : “Nous sommes en procédure aujourd’hui, la procédure suit son cours”. Jean-Marie Le Pen pourrait maintenant tenir sa deuxième promesse en créant son propre parti…