DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une app pour aider le milieux médicaux à mieux cerner les prématurés


science

Une app pour aider le milieux médicaux à mieux cerner les prématurés

En partenariat avec

Voici Olivia Tomkins et sa maman. Olivia est née un mois avant terme.
Son petit pied peut aider les médecins à mieux cerner les nouveaux nés prématurés.
En effet, les bébés développent sur leurs pieds, leurs visages des caractéristiques différentes selon le temps de gestation.

Des chercheurs de l’université de Nottingham en Grande-Bretagne ont décidé de mettre au point une base de données associée une application qui permettrait d’identifier plus facilement le niveau de développement du bébé prématuré.

Michel Valstar, professeur-assistant, Université de Nottingham :
“La base a été créée en mode collaboratif pour récupérer des données sur autant de bébés que possible de manière à ce que l’application soit, au final, capable de déterminer l‘âge gestationnel du bébé. Donc simplement, l’application fait appel à la caméra et vous prenez des photos du visage, de l’oreille ou du pied en suivant bien le gabarit. “

De plus en plus d’application santé de ce type sont développés actuellement, pour en savoir plus sur certains cancers par exemple.
Mais l’application ne s’adresse pas qu’aux parents, elle devrait permettre à des organismes de santé d’identifier des communautés à risque dans des zones en développement par exemple.

Dr. Don Sharkey, professeur-associé en néonatalogie, université de Nottingham :

“Ce que l’on pourrait faire, c’est utiliser les informations enregistrées par l’application et les envoyer vers une base de données plus globale. Cela pourrait nous indiquer où se trouvent les poches régionales de prématurité et ainsi, on pourrait organiser des interventions de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ou des Nations unies qui pourraient ainsi intervenir auprès de ces populations qui connaissent des problèmes de prématurité.”

Les développeurs espèrent que l’application NeoGest pourra être distribuée de manière gratuite aux médecins dès l’année prochaine.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

Bras artificiel : pour les scientifiques c'est l'intention qui compte et qui le fait fonctionner !