DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Politique, économie et sécurité au cœur de notre entretien avec le Premier ministre tunisien, Habib Essid

C’est la première visite officielle du chef du gouvernement tunisien, Habib Essid, à Bruxelles, où il a rencontré des parlementaires et des

Vous lisez:

Politique, économie et sécurité au cœur de notre entretien avec le Premier ministre tunisien, Habib Essid

Taille du texte Aa Aa

C’est la première visite officielle du chef du gouvernement tunisien, Habib Essid, à Bruxelles, où il a rencontré des parlementaires et des responsables européens et belges. Interviewé par notre journaliste Charles Salamé, M. Essid a notamment évoqué la situation politique, économique et sécuritaire de la Tunisie et dressé le bilan de ses entretiens dans la capitale européenne.

Point of view

Le problème du terrorisme qui préoccupe tout le monde ne peut être résolu qu'à travers la coopération multinationale

Relations Tunisie – UE

Charles Salamé, euronews :
“Bonjour Monsieur le Premier ministre. Bienvenue sur euronews.
Alors, quels sont les résultats de votre visite à Bruxelles ?”

Habib Essid, Premier ministre tunisien :
“Nous nous sommes mis d’accord pour augmenter le plafond des crédits dont la Tunisie bénéficie grâce à l’Union européenne.

Nous avons également incité l’Union européenne à accélérer la réalisation de ses engagements vis-à-vis la Tunisie.

Parallèlement, nous avons discuté de toutes les actions réalisées par la Tunisie dans le cadre de plusieurs programmes d’aide décidés auparavant.”

Charles Salamé :
“Pouvez-vous nous donner le montant de ces crédits ?”

Habib Essid :
“Trois cents millions d’euros de crédits sont destinés à renforcer le budget national tunisien. Une aide d’un peu plus de 100 millions d’euros servira à améliorer les services d’assainissement de l’eau ainsi qu‘à d’autres projets de développement social.”

Charles Salamé :
“Ces sommes vous paraissent-elles suffisantes?”

Habib Essid :
“Non, elles ne le sont pas. Ce que nous demandons dépasse largement ce qui est offert.”

Charles Salamé :
“Monsieur le Premier ministre, de quelles sommes la Tunise a-t-elle besoin pour équilibrer son économie? L’Union européenne peut-elle vous les allouer ?”

Habib Essid :
“Pour répondre à votre question, je dirais que nous sommes en train d‘élaborer un plan financier stratégique pour les 5 prochaines années. Les chiffres rééls ne sont pas connus des médias, car nous étudions le coût réél des besoins de la Tunisie dans le cadre du programme qui court jusqu‘à 2020.”

La Tunisie face à la menace terroriste

Charles Salamé :
“Passons au sujet du terrorisme.”

Habib Essid :
“Nous avons mis en place un plan basé sur l’initiative gouvernementale contre le terrorisme.

Plusieurs opérations ont été menées avec succès. Mais le plus important dans la lutte contre le terrorisme, c’est la coopération qui existe entre l‘État tunisien et les pays limitrophes, ainsi qu’avec les pays de l’Union européenne avec qui nous collaborons étroitement en matière de lutte contre le terrorisme.”

Charles Salamé :
“Vous évoquez la question de la coopération avec les états proches de la Tunisie. Selon vous, les forces de sécurité tunisiennes sont-elles vraiment bien équipées pour combattre le terrorisme ?”

Habib Essid :
“Notre armée nationale et les forces de l’ordre manquent d‘équipements millitaires.

Dans nos pourparlers avec l’Union européenne, nous avons essentiellement abordé ce sujet, car équiper notre armée est un élement essentiel dans notre coopération.”

Charles Salamé :
“Mais Monsieur Essid, sachant que votre armée manque d‘équipements militaires, comment rassurer les Tunisiens ?”

Habib Essid :
“Combattre le terrorisme est une priorité pour notre gouvernement.

Une priorité absolue a été donnée pour protéger nos frontières avec la Libye, où toutes les précautions ont été prises.

De même, nous avons consacré un vaste programme à la protection de nos sites touristiques afin de les préserver contre d‘éventuelles attaques terroristes.

Nous avons généralisé ce programme à l’ensemble du territoire tunisien.”

Charles Salamé :
“Vous venez de parler de la protection de vos frontières avec la Libye. L’armée tunisienne est-elle prête à affronter militairement les terroristes de l’organisation État islamique, en cas de conflit frontalier ?”

Habib Essid :
“L’armée tunisienne a pour mission principale de protéger le pays de toute invasion extérieure, qu’elle soit terroriste ou autre.

L’armée est prête à accomplir son devoir.

Depuis notre arrivée au pouvoir, nous avons donné à ce sujet une priorité absolue en mettant au point un contrôle de protection contre les terroristes qui oseraient traverser nos frontières et faire du trafic d’armes.

Nos frontières sont bien surveillées. C’est une priorité pour nous depuis février dernier.”

La Tunisie et les États-Unis

Charles Salamé :
“La récente visite du Président de la République tunisienne aux Etats-Unis rentrait-elle dans ce cadre ?”

Habib Essid :
“Cette visite revêtait plusieurs aspects : l’un d’eux était de renforcer les capacités de nos forces de l’ordre. D’autre part, le Président de la République tunisienne a discuté avec les responsables américains des moyens de renforcer la collaboration américano-tunisienne en matière économique, ce qui aurait un impact positif sur la création d’emplois.”

Charles Salamé :
“Y a-t-il une sorte de compétition entre les Européens et les Américains concernant la Tunisie ?”

Habib Essid :
“De façon générale, l’Union européenne apporte son appui à notre police nationale, et les Etats-Unis à notre armée nationale. D’où un certain équilibre.”

L’immigration illégale vue par la Tunisie

Charles Salamé :
“Selon vos informations, les trafiquants d‘êtres humains et les passeurs clandestins utilisent-ils parfois des ports tunisiens pour gagner l’Europe ?”

Habib Essid :
“À de rares exceptions près, actuellement cela ne se produit pas.

En 2011, nous avons conclu un accord avec les authorités italiennes pour renvoyer en Tunisie toute personne arrivée illégalement en Italie par voie maritime depuis les côtes tunisiennes.

Tous les resortissants tunisiens qui sont arrivés illégalement en
Italie ont été renvoyés en Tunisie.”

Charles Salamé :
“Puisque vous êtes sur Euronews, quel est votre message aux Européens ?”

Habib Essid :
“Aux Européens, je dis que le problème du terrorisme qui préoccupe tout le monde ne peut être résolu qu‘à travers la coopération multinationale.

Ensuite, concernant la question de l’immigration illégale, nous pensons que ce problème doit être traité dans les pays d’origine des migrants illégaux. Il y a de nombreux pays où règne la misère et où les régimes en place poussent leurs ressortissants à fuir. Le problème de l’immigration doit donc être réglé dans ces pays-là. “