DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Réenchanter l'éducation pour faire oublier le handicap


learning world

Réenchanter l'éducation pour faire oublier le handicap

En partenariat avec

En quoi l’art musical du beatbox, par exemple, peut-il aider les élèves déficients visuels dans leurs apprentissages ? Peut-on devenir danseur professionnel quand on est malvoyant ? Cette semaine, Learning World fait le point sur l’accompagnement éducatif des enfants aveugles

L’Organisation mondiale de la Santé estime à 280 millions le nombre de personnes déficientes visuelles à travers le monde, dont beaucoup n’ont pas accès à l‘éducation ou, en tout cas, pas à une éducation adaptée à leurs besoins. Des projets s’emploient à changer la donne. En voici trois exemples.

Brésil : la compagnie de ballet Fernanda Bianchini

Selon vous, si vous êtes aveugle ou malvoyant, quelles sont vos chances de devenir danseur professionnel ? Infimes ? Non ! La preuve avec cette compagnie brésilienne de ballet dont nous avons rencontré la fondatrice.

Sao Paulo : 11 millions d’habitants et une école unique en son genre.

Depuis 20 ans, la ballerine et physiothérapeute, Fernanda Bianchini, enseigne la danse classique à des personnes aveugles et malvoyantes.

Aujourd’hui, sa compagnie de ballet compte 120 élèves âgés de 3 à 60 ans.

Au fil des ans, Fernanda Bianchini a peaufiné sa technique d’enseignement et ne fait aucune différence entre ses élèves déficients visuels et les autres.

Avec les temps, les enfants aveugles ou malvoyants comblent leurs éventuelles lacunes et gagnent en assurance. Leur posture, leur sens de l‘équilibre et leur perception de l’espace s’aiguisent grâce aux précieux conseils de leur maître de ballet.

Mais Fernanda Bianchini n’enseigne pas la danse uniquement par vocation, c’est aussi un acte militant en faveur d’une véritable intégration des personnes handicapées au sein de la société.

États-Unis : le beatbox enseigné à l‘école

Après la danse classique, le beatbox. Cette autre forme d’expression artistique est au programme d’une école américaine pour enfants aveugles et malvoyants. Alors, qu’est-ce que cette discipline musicale qui fait la part belle aux percussions vocales peut-elle leur apprendre ?

Dans cette école pour déficients visuels (la Lavelle School for the blinds) du Bronx, c’est l’heure du cours de musique. Un cours de musique dépoussiéré et en prise directe avec son temps, puisqu’on y enseigne le beatbox, ou l’art d’imiter le son des instruments de musique à percussion avec la bouche. Un genre musical qui aurait d’ailleurs vu le jour précisément dans ce quartier de New York dans les années 1970.

Grâce au programme B.E.A.T Rockers, la classe est plus soudée et plus performante aussi. Une variante axée sur l’orthophonie est en cours d‘élaboration. L’objectif : aider les élèves à gagner en aisance à l’oral comme à l‘écrit et dans leurs rapports aux autres.

Cambodge : Phalla Neang, figure majeure de la scolarisation des enfants handicapés

Elle a été la première à enseigner le braille au Cambodge. Aujourd’hui, elle dirige 5 écoles pour déficients visuels dans le pays (à Battambang, Siem Reap, Kampong Cham et à Phnom Penh). Grâce au travail extraordinaire de Phalla Neang, les enfants aveugles et malvoyants bénéficient enfin d’une éducation de qualité.

Phalla Neang a commencé à travailler avec des enfants en 1983 dans un camp de réfugiés en Thaïlande. Puis en 1986, elle a intégré un programme éducatif spécialement destiné aux enfants handicapés.

À 54 ans, elle fait donc figure de pionnière en matière d’insertion sociale notamment des personnes déficientes visuelles, jusque-là marginalisées.

Créée en 1994, l’association Krousar Thmey est encore aujourd’hui la seule structure à proposer un programme éducatif complet à destination des enfants aveugles et mal voyants au Cambodge.

Cette année, Phalla Neang supervise l‘éducation de 213 enfants. Depuis qu’elle a rejoint l’association, elle a transformé la vie de plus de 1.400 élèves. Et il y a quelques semaines, elle s’est classée par les 10 finalistes en lice pour le Prix du Meilleur professeur du monde (en anglais, Global Teacher Prize décerné par la Fondation Varkey).

Le choix de la rédaction

Prochain article

learning world

Repenser aujourd'hui l'école de demain