DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Turquie : double attentat lors d'un meeting électoral du parti kurde HDP


Turquie

Turquie : double attentat lors d'un meeting électoral du parti kurde HDP

Ce sont des bombes qui ont explosé à cinq minutes d’intervalle à Diyarbakir pendant une réunion de campagne du HDP, dans le sud-est de la Turquie.

Les deux engins artisanaux, des bouteilles de gaz remplies de ferrailles, étaient caché dans une poubelle et près d’un transformateur.

Ils ont tué au moins deux personnes et blessé plus d’une centaine d’autres selon les autorités.

Les sources hospitalières parlent d’au moins 4 morts et de 130 blessés dont 25 dans un état grave.

Les enquêteurs ont rapidement déterminé la nature des explosions, mais personne n’a encore été arrêté.

Pour les partisans du Parti démocratique du peuple, qui représente les kurdes, “Erdogan est un meurtrier”, c’est ce qu’ils criaient immédiatement après les explosions.

Dans la soirée, le président turc Recep Tayyip Erdogan a réagi.

Il a évoqué cet incident qui, dit-il, “jette une ombre sur le scrutin”. Mais il s’est dit “déterminé à ce que les élections aient lieu” et il a annoncé “un renforcement des mesures de sécurité” lors d’une interview télévisée. Pour lui, il s’agit d’une “provocation”.

Le chef de file du HDP, Selahattin Demirtas, qui s’apprêtait à prendre la parole au moment des explosions, a dû intervenir plus tard pour calmer ses partisans qui se sont attaqués aux forces de l’ordre chargées de la sécurité du meeting.

Selon Demertas, le HDP a été la cible d’environ 70 attaques violentes pendant cette campagne électorale.

Mercredi soir, le chauffeur d’un car portant les couleurs du HDP a été tué à Bingol, dans l’est, par des tirs d’origine inconnue.
Le mois dernier, deux explosions s‘étaient produites aux quartiers généraux du HDP à Adana et à Mersin dans le sud, faisant plusieurs blessés.

Les tensions augmentent à mesure que le HDP grimpe dans les sondages d’opinion. Il serait crédité de 10 % des suffrages.

S’il franchit cette barre des 10% des voix, il sera en mesure d’entrer au Parlement et pourrait obtenir une cinquantaine de sièges de député.

Et si ce scénario se vérifie, il priverait le parti du président Erdogan des 330 députés dont il a besoin pour faire passer une révision constitutionnelle.
Le changement de Constitution envisagé doit permettre au président de renforcer ses pouvoirs.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Naufrage en Chine : 396 corps retrouvés