Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Turquie : double attentat lors d'un meeting électoral du parti kurde HDP

Access to the comments Discussion
Par Sandrine Delorme  avec AFP, Reuters
Turquie : double attentat lors d'un meeting électoral du parti kurde HDP

<p>Ce sont des bombes qui ont explosé à cinq minutes d’intervalle à Diyarbakir pendant une réunion de campagne du <span class="caps">HDP</span>, dans le sud-est de la Turquie. </p> <p>Les deux engins artisanaux, des bouteilles de gaz remplies de ferrailles, étaient caché dans une poubelle et près d’un transformateur. </p> <p>Ils ont tué au moins deux personnes et blessé plus d’une centaine d’autres selon les autorités. </p> <p>Les sources hospitalières parlent d’au moins 4 morts et de 130 blessés dont 25 dans un état grave. </p> <p><strong>Les enquêteurs ont rapidement déterminé la nature des explosions, mais personne n’a encore été arrêté.</strong></p> <p>Pour les partisans du Parti démocratique du peuple, qui représente les kurdes, “Erdogan est un meurtrier”, c’est ce qu’ils criaient immédiatement après les explosions. </p> <p><blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">The biggest pro-Kurdish HDP pre-election rally was bombed yesterday, many dead and injured <a href="https://twitter.com/hashtag/HDP?src=hash">#HDP</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Kurds?src=hash">#Kurds</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Diyarbakir?src=hash">#Diyarbakir</a> <a href="http://t.co/dGmJv9MuVd">pic.twitter.com/dGmJv9MuVd</a></p>— Sean Hawkey (@seanhawkeye) <a href="https://twitter.com/seanhawkeye/status/607107331810304000">6 Juin 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p><blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">L'image parle d'elle même ! <a href="https://twitter.com/hashtag/NoComment?src=hash">#NoComment</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/HDP?src=hash">#HDP</a> <a href="https://twitter.com/hashtag/Diyarbakir?src=hash">#Diyarbakir</a> ! <a href="http://t.co/oE3GZyHVwR">pic.twitter.com/oE3GZyHVwR</a></p>— Anil (@Anil_Ciftci) <a href="https://twitter.com/Anil_Ciftci/status/606953693372653568">5 Juin 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Dans la soirée, le président turc Recep Tayyip Erdogan a réagi.</p> <p><strong>Il a évoqué cet incident qui, dit-il, “jette une ombre sur le scrutin”. Mais il s’est dit “déterminé à ce que les élections aient lieu” et il a annoncé “un renforcement des mesures de sécurité” lors d’une interview télévisée. Pour lui, il s’agit d’une “provocation”.</strong></p> <p>Le chef de file du <span class="caps">HDP</span>, Selahattin Demirtas, qui s’apprêtait à prendre la parole au moment des explosions, a dû intervenir plus tard pour calmer ses partisans qui se sont attaqués aux forces de l’ordre chargées de la sécurité du meeting. </p> <p><strong>Selon Demertas, le <span class="caps">HDP</span> a été la cible d’environ 70 attaques violentes pendant cette campagne électorale</strong>. </p> <p><blockquote class="twitter-tweet" lang="fr"><p lang="fr" dir="ltr">Une explosion a eu lieu lors du meeting du HDP qui a réunit des centaines de milliers de personnes à <a href="https://twitter.com/hashtag/Diyarbakir?src=hash">#Diyarbakir</a>. <a href="http://t.co/4IbuIOW6d2">pic.twitter.com/4IbuIOW6d2</a></p>— DIDF-Jeunes (@DIDFJeunes) <a href="https://twitter.com/DIDFJeunes/status/606874180534063104">5 Juin 2015</a></blockquote> <script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script></p> <p>Mercredi soir, le chauffeur d’un car portant les couleurs du <span class="caps">HDP</span> a été tué à Bingol, dans l’est, par des tirs d’origine inconnue. <br /> Le mois dernier, deux explosions s‘étaient produites aux quartiers généraux du <span class="caps">HDP</span> à Adana et à Mersin dans le sud, faisant plusieurs blessés.</p> <p><strong>Les tensions augmentent à mesure que le <span class="caps">HDP</span> grimpe dans les sondages d’opinion. Il serait crédité de 10 % des suffrages.</strong> </p> <p>S’il franchit cette barre des 10% des voix, il sera en mesure d’entrer au Parlement et pourrait obtenir une cinquantaine de sièges de député. </p> <p>Et si ce scénario se vérifie, il priverait le parti du président Erdogan des 330 députés dont il a besoin pour faire passer une révision constitutionnelle. <br /> Le changement de Constitution envisagé doit permettre au président de renforcer ses pouvoirs.</p>