DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne : la grande famille des Playmobil a perdu son patriarche

Vous lisez:

Allemagne : la grande famille des Playmobil a perdu son patriarche

Taille du texte Aa Aa

Dans la grande famille des Playmobil, il va nous manquer…comment l’appeler ? Le père, le grand-père, le patriarche…Tout à la fois puisque Horst Brandstätter, qui est mort à l’âge de 81 ans, était le patron et propriétaire de la célèbre marque de jouets allemande. L’entreprise familiale, créée il y a plus d’un siècle (1908) dans la petite ville de Zinrdorf, au coeur de la Bavière, a donné naissance aux très reconnaissables petits personnages articulés, à la bouille ronde et rose, qui ont fait la joie de nombreux enfants dans le monde. “Le secteur du jouet en Allemagne perd l’une de ses personnalités les plus marquantes”, a indiqué l’entreprise dans un communiqué.

A l’origine, la fabrique de jouets était dirigée par deux oncles de Horst Brandstätter. Ce dernier, après avoir suivi une formation innovante de création de moules en plastique, va y faire son entrée en 1952. A ce moment-là, les soldats de plomb ne sont plus trop à la mode, l’avenir est au plastique ! La société Geobra Brandstätter se lance dans la fabrication de voitures de course et de tracteurs à pédales. Mais, dès le début des années 1970, la crise du pétrole fait rage et le coût du plastique ne fait que grimper. Paradoxalement, c’est cette crise qui va sauver l’entreprise familiale bavaroise. Horst Brandstätter a l’idée géniale de demander à son équipe de concevoir un jeu nécessitant peu de plastique mais qui serait transformable à souhait.

Il faut rendre à César ce qui est à César : c’est Hans Beck, l’un des salariés, qui va réaliser le premier petit bonhomme Playmobil. Il mesure 7,5 centimètres, ce qui n’a pas changé depuis, il a le visage bien rond, plus gros que le corps, et quatre articulations en tout, qui lui permettent de bouger la tête, de lever ou baisser les bras et de se pencher en avant. Trois sortes de figurines, des indiens d’Amérique, des chevaliers et des ouvriers, vont être présentées pour la première fois au salon du jouet de Nuremberg en 1974. Elles tapent dans l’oeil de tous les visiteurs, exposants et marchands. Trois ans plus tard, la vente des Playmobil explose, la saga va commencer.

Horst Branstätter avec l’un de ses copains pirates :

Dès 1976, des “Playmobilettes” (Pourquoi pas ?) rejoignent leurs camarades de jeu. Forcément, il y aura des enfants à partir de 1981. Et puis, la mobilité des personnages va s’améliorer, ils auront également des mains articulées désormais, ils pourront tenir toutes sortes d’ustensiles comme des outils, des armes…Leur apparence va également évoluer bien sûr, elle est plus variée, plus sophistiquée, ils pourront changer de vêtements, de coiffures…En 2015, le petit monde des Playmobil est devenu un empire, les figurines ne se privent plus de rien, fermes, maisons, véhicules, bateaux, etc. La société qui les a inventés est devenue le premier fabricant de jouets d’Allemagne; l’an dernier, son chiffre d’affaires a atteint 595 millions d’euros.

Qui le sait ? Le défunt patron de Playmobil est aussi à l’origine du Hula-Hoop, le cerceau qui a fait le tour de beaucoup de tailles à partir des années 1960.

Regardez également notre sujet télévisé