DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Prison Break, une évasion aux Etats-Unis qui n'est pas du cinéma


Etats-Unis

Prison Break, une évasion aux Etats-Unis qui n'est pas du cinéma

Aux Etats-Unis, deux prisonniers ont réussi à s‘échapper d’une prison de haute sécurité de l’Etat de New York, en creusant des tunnels. Les deux hommes sont très dangereux.

David Sweat, 34 ans, était condamné à perpétuité pour le meurtre d’un shérif adjoint, sur qui il a tiré des dizaines de fois. Il était détenu dans la “Clinton Correctional Facility” depuis 2003. Richard Matt, 48 ans, effectuait une peine de 25 ans de prison pour avoir enlevé, battu à mort et démembré un homme. Il était détenu depuis 2008, mais n’en est pas à sa première évasion, la dernière remonte à 1986.

Ils ont percé des tunnels

L‘évasion nocturne de ces deux détenus dangereux est digne d’un film hollywoodien, ou de la série “Prison Break”. Après avoir réussi à percer des trous dans les murs d’acier au fond de leurs cellules, ils ont accédé à une passerelle derrière les murs, au niveau du sixième étage, d’où ils sont descendus jusqu’aux sous-sols du bâtiment. Là, avec une perceuse ou une disqueuse, ils ont encore réussi à percer des trous à travers de gros tuyaux pour se frayer un chemin à travers un dédale de tunnels et finalement ressortir par une bouche d‘égout dans une rue avoisinante.

Un post-it, pied de nez aux enquêteurs

Les deux hommes ont nargué les enquêteurs en laissant un post-it à la sortie de leur tunnel, avec dessus la tête d’un petit bonhomme et les mots “bonne journée”. Les gardiens, qui font des rondes toutes les deux heures, ont découvert l‘évasion samedi matin à 05H30. Pendant toute la nuit ils ont cru que les détenus, installés dans deux cellules adjacentes, dormaient, car ces derniers avaient rembourré leur lit en cachant des vêtements sous les couvertures.

C’est la première fois qu’une évasion se produit depuis la construction en 1865 de cette prison à Dannemora, à 30 km de la frontière canadienne. Une récompense de 100 000 dollars est offerte pour toute information permettant la capture des fugitifs.

Le gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo, a insisté sur la dangerosité des hommes.

La question maintenant est de savoir si les fuyards ont bénéficié de complicité, en interne, et comment ils se sont procuré les outils. L’enquête se tourne aussi vers les entreprises sous-traitantes qui viennent travailler dans la prison régulièrement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

G7 : une seconde journée axée sur le climat et la lutte contre le terrorisme