DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Annish Kapour investit les jardins de Versailles et crée la polémique


le mag

Annish Kapour investit les jardins de Versailles et crée la polémique

En partenariat avec

D’imposants miroirs qui tutoient le ciel et le château du Roi Soleil,une parabole démesurée qui reflète l’animation autour d’elle et une gigantesque trompe d’acier rouillé de 60 mètres de long posée sur la pelouse.
Depuis mardi, l’artiste britannique Annish Kapour a investi les jardins du château de Versailles. Il y joue avec le chaos et la sexualité avec notamment cette oeuvre polémique intitulée “Dirty Corner”.

“Ce que je fais ici c’est occuper l’espace ordonné de Le Nôtre, en l’ouvrant et en le regardant à l’intérieur ou en tentant de le regarder à l’intérieur. Inévitablement, inévitablement je dis bien, cela passe par le corps, par nos corps et un certain niveau de sexualité “, a expliqué Annish Kapour.

L’oeuvre la plus sexuelle et la plus polémique est cette trompe que l’artiste lui-même aurait comparée au vagin de la reine. Une sorte de tunnel qui semble vouloir aspirer le visiteur et le château lui-même. Une oeuvre qui interroge les visiteurs et ne semble pas leur plaire.

“Quand on vient à Versailles, on se dit qu’on va voir des oeuvres françaises classiques, peut-être une imposante statue d’un Dieu romain mais cela est juste obsène”, a déclaré une touriste.

“Je ne sais pas ce que c’est. C’est déroutant, un vagin géant et un chateau, c’est l’un des endroits les plus réputés de Paris et je voulais juste le voir mais je vois le chateau et cette statue et je ne sais pas trop ce que c’est”, a dit une autre.

Annish Kapour expose aussi dans le Jeu de Paume avec une oeuvre spectaculaire : “Shooting into the Corner”. Un canon qui tire des cylindres de cire rouge sang au pied d’un mur blanc.

Et pour conclure cette visite, repartons dans les jardins, à la découverte du “Vortex”, un bassin au pied du Grand Canal où tourne une eau noirâtre dont le centre s’ouvre vers les profondeurs. Une plongée vers l’abîme, vers ce chaos cher à l’artiste.

L’exposition se déroule jusqu’au 1er novembre.

ALL VIEWS

Touchez pour voir
Prochain article

le mag

BachaTu : le rendez-vous mondial en République Dominicaine de la bachata