DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après le bras, la jambe bionique

Vous lisez:

Après le bras, la jambe bionique

Taille du texte Aa Aa

Après les prothèses de bras bioniques, voici la jambe bionique. L’Autrichien Wolfgang Rangger est le premier à en avoir bénéficié. Cet ancien

Après les prothèses de bras bioniques, voici la jambe bionique. L’Autrichien Wolfgang Rangger est le premier à en avoir bénéficié. Cet ancien professeur a perdu sa jambe droite à cause d’un caillot sanguin suite à une attaque cérébrale. Pendant six mois il a testé sa prothèse dans de nombreuses configurations possibles.

Wolfgang Rangger : “Avec cette prothèse je peux maintenant ressentir s’il y a des graviers où un revêtement. Ou en hiver, et c’est très important, si le sol est gelé ou glissant. Je peux donc réagir et ne pas glisser et tomber.”

Avant d’en arriver là, dans un premier temps des chirurgiens ont reconnecté dans le moignon les terminaisons nerveuses du pied manquant sur les tissus sains de la cuisse en les rapprochant de la surface de la peau. Six capteurs ont ensuite été disposés dans la semelle de la prothèse avant d‘être reliés aux stimulateurs à l’intérieur de la manche qui vient se positionner sur le moignon.

Hubbert Egger, expert prothésiste : “Avec cette prothèse, on a des points de pression qui sont intégrés dans la semelle et ces points mesurent le contact avec la surface. On a aussi le mouvement rotatif du pied artificiel. Et ces informations sont transmises aux cellules nerveuses et ensuite au cerveau, où elles génèrent des sensations.”

En 2010 déjà, le professeur Egger de l’université de Linz avait présenté une prothèse contrôlée par la pensée.
Il espère que ses nouvelles recherches vont attirer des investisseurs pour pouvoir développer des prothèses dont le prix tourne encore pour l’instant aux alentours des 30 000 euros.