DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Royaume-Uni : la diaspora polonaise en quête de reconnaissance

Vous lisez:

Royaume-Uni : la diaspora polonaise en quête de reconnaissance

Taille du texte Aa Aa

Ils sont presque 700 mille, tous prêts à défendre leurs intérêts et leur réputation. La diaspora polonaise au Royaume-Uni interpelle les députés britanniques par mail en incitant certains d’entre eux à demander pardon pour les offenses à son égard, écrit le quotidien polonais Gazeta Wyborcza.

Dans le cadre de la campagne « British Poles », les bénévoles, venant pour la plupart des associations telles que British Polish Law Association, Polish Media Issues ou Support Poland, ont mis en place un site web Britishpoles.uk. Chaque Polonais résidant en Grande-Bretagne peut y renseigner son code postal pour obtenir le courriel du député de sa circonscription.

L’application mise en ligne génère aussi des messages « prêts à être envoyés » qui contiennent des questions préparées par le collectif. Elles concernent, entre autres, la suppression de l’examen de la langue polonaise du baccalauréat britannique, la lutte contre l’usage par les médias de la formule « les camps de concentration polonais », la reconnaissance de l’influence positive de l’immigration polonaise sur l’économie britannique, le soutien de l’idée du maintien des Polonais en Grande-Bretagne en cas de sortie de l’UE, ou “Brexit”, et l’engagement dans le groupe parlementaire œuvrant en faveur de la Pologne. L’internaute peut les modifier, en ajouter d’autres ou les envoyer directement aux politiques. Les réponses des députés sont transmises aux organisateurs de la campagne qui veillent à la mise en application de leurs propositions et promesses faites aux immigrés.

« Avant les élections législatives du 7 mai, nous avons reçu les réponses de la part d’environ 200 politiques. 42 d’entre eux sont devenus députés. Maintenant nous encourageons les gens à envoyer des questions à ceux qui restent. Les réponses sont faites par écrit, nous allons donc surveiller. Les conservateurs nous ont par exemple promis d’agir pour invalider la décision concernant la suppression des examens de la langue polonaise [lors du bac] », raconte à Gazeta Wyborcza la secrétaire de l’association Agnieszka Rogusz-Hopwood.

« British Poles » veille également sur les médias et réagit à chaque dérapage d’hommes politiques concernant l’immigration polonaise. Cela a été le cas quand le député eurosceptique du Parti Conservateur Royston Smith a déclaré au tabloïd Daily Echo que les règles européennes concernant l’immigration permettaient au « plombier polonais de faire venir vingt membres de sa famille sans en avoir les moyens, faute de travail ». En une journée, le député et le journal ont reçu 700 e-mails. Royston a répondu (à tous !) et reconnu qu’il était légitime qu’ils se sentent blessés. Il leur a également présenté ses excuses.

« Nous constituons ici un précieux groupe social qui contribue au développement de l’économie britannique. Nous ne pouvons pas nous permettre d’être offensés. Nous continuons à rappeler aux Britanniques que (…) nous étions là pendant la Seconde Guerre mondiale et que nous nous sommes battus pour l’Angleterre ».

Source : Gazeta Wyborcza