DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce: le défaut de paiement toujours tabou mais le temps presse pour trouver un accord

Alors qu’une délégation du gouvernement grec arrive ce samedi à Bruxelles, et que le ballet diplomatique s’intensifie pour tenter de trouver une

Vous lisez:

Grèce: le défaut de paiement toujours tabou mais le temps presse pour trouver un accord

Taille du texte Aa Aa

Alors qu’une délégation du gouvernement grec arrive ce samedi à Bruxelles, et que le ballet diplomatique s’intensifie pour tenter de trouver une issue à la crise, les autorités, comme les créanciers du pays restent confiants.

Point of view

Dire que nous voulons rester dans la zone euro, mais que nous ne voulons pas de nouvelles réformes est absurde. Nous devons nous décider.

Ce qu’il faut éviter, c’est le défaut de paiement et la sortie, à terme de la Grèce de la zone euro. Chaque partie estimant que ce ne serait pas dans l’intérêt de l’autre.

Dans la rue, les Grecs sont partagés

“Dire que nous voulons rester dans la zone euro, mais que nous ne voulons pas de nouvelles réformes est absurde. Nous devons nous décider. Soit nous faisons ce qu’ils nous disent de faire et nous acceptons tout ce qu’ils nous imposent, soit nous négocions et acceptons le risque de devoir partir. Mais puisqu’apparemment si nous restons, ce sera la catastrophe, peut être partir serait la meilleure solution”

“Nous devons définitivement appliquer de nouvelles réformes dans le secteur public et privé et nous avons besoin de mesures pour encourager la croissance. Il faut donner aux entreprises la chance de se remettre au travail”

La délégation envoyée à Bruxelles s’est réunie hier avec le Premier Ministre et le ministre des finances, pour affûter ses arguments. Yanis Varoufakis a répété ne pas croire que l’Europe souhaite une sortie de la Grèce.

Alexis Tsipras marche sur une corde raide. Pour obtenir les 7,2 milliards restant à verser dans le cadre de son plan d’aide, il doit s’engager sur des réformes concrètes.