DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Twitter : Le responsable de la Culture à Madrid, accusé d'antisémitisme, démissionne


monde

Twitter : Le responsable de la Culture à Madrid, accusé d'antisémitisme, démissionne

Le tout nouveau responsable de la Culture à Madrid, Guillermo Zapata, membre de l‘équipe de la maire Manuela Carmena, a annoncé lundi qu’il quittait ce poste et présenté ses excuses pour des blagues jugées antisémites, mais restera membre du conseil municipal.

“Je veux d’abord présenter mes excuses aux personnes qui auraient pu être blessées par les tweets que j’ai pu faire ces dernières années”, a déclaré le scénariste de 35 ans lors d’une conférence de presse convoquée après 24 heures de polémique sur ces messages, dont certains remontent à 2011.

Une de ses blagues tournait en dérision l’Holocauste, se moquant cruellement des Juifs tués dans les chambres à gaz, tandis qu’une autre visait une victime de l’ETA.

L‘élu est issu de la liste “Ahora Madrid”, une plateforme composée de représentants de collectifs, du parti de gauche Podemos, du parti écologiste Equo et d’Izquierda unida (IU, écolo-communiste), dirigeant désormais la ville avec le soutien des socialistes.

Il affirme avoir fait ces blagues, citées entre guillemets, dans le cadre d’une conversation en ligne sur les limites de l’humour.

Ses remarques ont été diffusées à peine 24 heures après l’investiture de la nouvelle maire, l’ex-juge Manuela Carmena, à qui la droite, désormais dans l’opposition, a exigé lundi matin la tenue d’un conseil municipal extraordinaire pour aborder ce sujet.

De nombreux élus municipaux ont par ailleurs exigé sa démission.

“Je tiens à le répéter, je ne suis absolument pas antisémite. Je rejette tout type de violence (…) tout type de modèle de terrorisme”, a dit le conseiller qui a promis d‘écrire des lettres à plusieurs personnes, “en particulier à la communauté juive”, pour s’expliquer.

Ces messages “peuvent perturber profondément le travail que j’aurais pu réaliser dans le domaine de la Culture et des Sports (…) et c’est en ce sens qu’il me semblait responsable de m’en écarter”. “Manuela Carmena a accepté”, a-t-il ajouté en estimant que Madrid vivait “un changement historique”, entraînant “une pression historique”.

Il a cependant précisé qu’il continuerait à exercer ses fonctions comme conseiller municipal.

Un autre conseiller municipal d’Ahora Madrid, Pablo Soto, 35 ans, impliqué dans le mouvement des “indignés” dès sa naissance en Espagne en 2011, s’est également excusé dimanche sur Tweeter pour des messages menaçants datant de 2012 et 2013 et visant notamment le chef du gouvernement Mariano Rajoy et un ministre.

AFP

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

14ème édition des Fêtes Consulaires à Lyon/ Pavillon Maroc