DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le réveil du robot Philae après sept mois d'hibernation


Insight

Le réveil du robot Philae après sept mois d'hibernation

Le douze novembre 2014, après un voyage de près de 11 ans à bord de la sonde Rosetta, le robot Philae entame sa descente sur la comète “Tchouri”. Sept heures en chute libre à plus de 510 millions de la Terre… De quoi provoquer la joie des scientifiques de la mission Rosetta au centre de l’Agence Spatiale Européenne, à Darmstadt.

Le manager du projet Philae, Stephan Ulamec :

“On est là, et Philae est en train de nous parler, les premières choses qu’il nous dit, c’est que les harpons se sont enclenchés, et qu’ensuite le train d’atterrissage s’est replié. Donc, on est posé à la surface, Philae nous parle”.

Mais le robot, qui pèse 700 kg sur Terre, n’est qu’une plume sur la comète, et lors de son atterrissage, il rebondit deux fois et se pose à deux km du lieu prévu, sur une pente raide et peu ensoleillée. Malgré tout, il réussit un forage et envoie des photos.

Après 57 heures d’activité, Philae épuise ses batteries et entre en hibernation le 15 novembre. L’ESA le communique via twitter.

Sept mois plus tard, les scientifiques reçoivent encore une bonne nouvelle :

“Ce soir, après la longue période d’hibernation de Philae, nous avons reçu à nouveau un signal, un signe de vie du robot pendant environ 85 secondes. Mais nous avons obtenu des données sur la situation, sur la température, sur la puissance produite par le générateur solaire, et il est apparu que le robot est en bon état, et opérationnel”.

A présent, c’est la course pour obtenir le plus de données possible sur la comète Tchouri d’ici le 13 août, quand elle sera à 186 millions de km du Soleil, la distance la plus proche de lui, avant de s‘éloigner à nouveau vers les confins du système solaire.

Euronews a interrogé Paulo Ferri, à la tête de la mission de l’Agence Spatiale Européenne, pour faire le point.

Claudio Rosmino, euronews : “Est-ce possible de dire que Philae entre dans sa phase la plus importante ?”

Paolo Ferri :“La mission était déjà dans une phase très importante, si l’on considère que la comète était dans sa période d’activité intense. Rosetta faisait déjà du bon travail. Le réveil de Philae offre une perspective nouvelle et très positive”

euronews : “La dernière conversation avec l’atterrisseur remonte à sept mois. Perdiez-vous espoir ?”

Paolo Ferri : “Le fait que ce système électronique a été exposé pendant sept mois à des températures extrêmes, moins cent degrés en dessous de zéro, me rendait sceptique quant à la possibilité qu’il se réveille. Avec le temps qui passe, je devenais de plus en plus sceptique”. Quelqu’un a dit “Attendez jusqu’en juillet avant de perdre espoir ! Restons positif jusqu’en juillet” Ils avaient raison”

euronews :“Dans quel état se trouve vraiment Philae ? Et quelles sont ces prochaines missions ?”

Paolo Ferri : “Tous les systèmes de Philae sont actifs maintenant, le système de survie a l’air de bien fonctionner. Les températures sont positives, et il y a toujours assez d‘énergie. Ce que l’on ignore pour l’instant, c’est le véritable état des instruments. Donc, tout d’abord, nous devons essayer d’avoir davantage de nouveaux échanges avec Philae. Ceux que nous avons eu sont limités et nous avons besoin de collecter plus d’informations. La phase principale a été testée pour la dernière fois en novembre. Certains de ces tests ont donné des résultats très intéressants, d’autres n’ont pas fourni de données suffisantes. C’est pourquoi nous devons recommencer. Aussi parce que l’activité de la comète est plus importante aujourd’hui et nous pourrions obtenir des résultats nouveaux et très intéressants”

euronews : “Comment l’activité de la comète et son rapprochement du soleil vont-elles influencer la mission ? Et contribuer à la recharge des batteries de Philae ?”

Paulo Ferri : “En regardant la situation du point de vue de Philae, il se rapproche du soleil et c’est quelque chose de très positif. Philae s’est réveillé parce que nous sommes plus proches du soleil. La surface est plus chaude et c’est l‘été là ou se trouve Philae. L’impact négatif touche davantage Rosetta, parce que Rosetta doit se déplacer dans un univers plus dynamique et plus sale, plus sale parce qu’il y a de la poussière. Donc, maintenant, nous devons nous éloigner un peu de la comète. Mais c’est quelque chose que nous avions vraiment déjà prévu. Elle se trouve maintenant à environ 200 kilomètres de la comète. Pour que Philae fonctionne, c’est mieux d‘être plus proche, mais pour protéger Rosetta de la poussière, c’est mieux de s‘éloigner. Cela va être une phase très critique et les deux aspects doivent être minutieusement évaluées tous les jours”

euronews : “Etes-vous parvenus à localiser l’endroit ou se trouve Philae ?”

Paulo Ferri : “Nous en serons sûrs seulement quand nous parviendrons enfin à nous rapprocher de la comète et à prendre des photos, cela se produira seulement lors des derniers mois de l’année. Jusqu‘à fin août, il sera impossible de se rapprocher de la comète”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Insight

L'UE veut resserrer les liens avec une Amérique Latine de plus en plus tournée vers l'Asie