DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le temps est de plus en plus compté pour la Grèce et la zone euro

Vous lisez:

Le temps est de plus en plus compté pour la Grèce et la zone euro

Taille du texte Aa Aa

Il reste à la Grèce deux semaines pour trouver une solution afin de pouvoir rembourser 1,6 milliard d’euros au FMI. A Athènes, la perspective d’un échec entre la Grèce et ses créanciers fait la Une des journaux et les retraits d’argent aux distributeurs se multiplient.
Avec l’enlisement des négociations, la BCE et les banques centrales de la zone euro maintiennent la Grèce et son système bancaire à flôt par l’octroi de liquidités d’urgence : un mécanisme baptisé ELA

Le programme d’aide se termine ce qui veut dire que la BCE – s’il n’y a pas d’accord – va stopper le mécanisme ELA, ce programme d’octroi de liquidités d’urgence, le financement des banques grecques, explique l‘économiste Timos Melissaris. C’est pourquoi le 30 juin c’est la date butoir. Et jusque là c’est à celui qui rejettera la faute sur l’autre”.

Sans financement de la Banque centrale pour soutenir les banques grecques affaiblies et confrontées à une fuite des dépôts, une limitation des retraits aux guichets serait inévitable. L’assèchement des prêts et des flux monétaires porterait un coup fatal à l‘économie grecque.

“J’en veux à l’Europe affirme Dimitris 40 ans. Ils nous mettent la pression la plus forte. Peut-il y avoir encore plus d’austérité en Grèce ? L’Union européenne doit réduire ses exigences”.

“C’est un vrai bazar affirme Nikos, un athénien de 82 ans. On ne peut pas réparer ça parce qu’avec ce gouvernement on ne peut pas trouver de solution. Ils continuent de dire des choses différentes. ça va, ça vient, ils se querellent, ils s’invectivent. Jusqu’oú ça va les mener tout ça ? “

Après avoir dévissé de près de 8% lundi matin, la bourse d’Athènes a chuté de 4,7% en clôture. Les indices d’Europe occiidentale étaient également en repli lundi soir : l’Eurostoxx – l’indice des grandes valeurs de la cote en Europe – perdait 1,8%.