DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Asile et migration: France et Italie montrent les dents


Le bureau de Bruxelles

Asile et migration: France et Italie montrent les dents

Les ministres européens de l’Intérieur sont réunis à Luxembourg pour discuter d’immigration. Une question qui oppose l’Italie à la France. A son arrivée, le ministre italien a accusé la France de faire entrave à la libre circulation des citoyens à sa frontière avec l’Italie.

“Les événements de Vintimille, c’est un coup de poing dans le visage de l’Europe”, a déclaré Angelino Alfano, ministre italien de l’Intérieur. “C’est la preuve que les immigrés ne viennent pas en Italie pour y rester mais pour aller en Europe. Il faut tirer les conséquences de ces événements.”

Profitant de cette réunion, les ministres de l’Intérieur italien, français et allemand se sont vus en aparté pour désamorcer le conflit. La France est prête à aider l’Italie à faire face à l’afflux de migrants mais cette solidarité a un prix a prévenu Bernard Cazeneuve: “Face à un tel drame humain, les problèmes des uns sont les problèmes des autres à condition qu‘à côté de la solidarité il y ait la responsbilité partagée.”

Traduction: France et Allemagne ne bougeront que si l’Italie accepte de créer des “hot spots” ou centres de tri pour identifier les migrants qui peuvent bénéficier de l’asile de ceux qui doivent être renvoyés.

“Aucune décision n’est attendue aujourd’hui concernant les propositions de la Commission européenne sur l’asile et la migration”, analyse notre correspondant à Luxembourg. “Cela pourrait prendre encore un mois. Mais en attendant, une nouvelle vague de réfugiés pourrait tenter d’entrer en Europe par la Méditerranée durant l‘été.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Grèce : la rupture totale n'est plus loin