DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Danube : les belles découvertes de deux plongeurs roumains passionnés d'histoire

Iulian et Pascale sont plongeurs professionnels, et passionnés d’histoire. Depuis leur rencontre, il y a quatre ans, ces deux roumains scrutent les

Vous lisez:

Danube : les belles découvertes de deux plongeurs roumains passionnés d'histoire

Taille du texte Aa Aa

Iulian et Pascale sont plongeurs professionnels, et passionnés d’histoire. Depuis leur rencontre, il y a quatre ans, ces deux roumains scrutent les fonds du Danube à la recherche de trésors. Et ils en ont trouvé un exceptionnel, dans les eaux agitées de Sulina, là ou le fleuve se jette dans la Mer Noire.

Pendant des siècles, le Danube a été utilisé pour le commerce et comme route militaire dans les guerres régionales. De nombreux navires gisent au fond de l’eau. Iulian et Pascale ont découvert pas moins de 3 épaves, à environ 10 mètres de profondeur. La plus importante, de 60 mètres de long, semble être un navire de guerre, les deux plongeurs y ont trouvé des roues et des projectiles de canon.

Iulian Rusu:
“Nous avons réussi à localiser certains indices, grace aux documents de l’époque. En analysant ces repères, nous nous sommes dit que nous pourrions trouver des épaves à ces endroits. Et il y a deux semaines, nous avons découvert trois épaves, sur l’une il y avait presque une centaine de boulets de canon, des boulets très lourds, presque 70 kg chacun, nous avons trouvé aussi des roues de canons. Les canons ne sont peut-être pas très loin…”

Pascale Roibu:
“Nous pensons que les navires ont coulé vers la fin du 18ème siècle. Ce qui nous a aidé le plus, c’est de constater que le navire utilisait des boulets à poudre noire comme munition. Ce type de munition a été utilisé pendant les guerres napoléoniennes. Plus tard, pendant la Guerre de Crimée, on utilisait déjà un autre type de munition”.

Dans la région de Sulina, l’histoire rapporte plus de 100 naufrages de navires appartenant à la marine britannique et française au cours du 18ème et 19ème siècle. Iulian et Pascale ont remonté leurs trouvailles à la surface de l’eau, et ils les ont apportées au musée local de Sulina – le vieux phare, construit par les Ottomans en 1870, afin qu’elles soient évaluées et répertoriées à l’appui des vieux journaux et des cartes de l‘époque.

Ce n’est pas la première découverte des deux hommes. Depuis 2012, ils ont notamment mis la main sur trois hydravions allemands de la Seconde Guerre mondiale, coulés dans les lacs Siutghiol et Tashaul, près de la mer Noire. Les pièces sont encore en cours d‘évaluation.