DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Prix de l'Inventeur Européen : des inventions géniales qui vont changer nos vies


hi-tech

Prix de l'Inventeur Européen : des inventions géniales qui vont changer nos vies

En partenariat avec

Des inventeurs européens à l’honneur à Paris au palais Brongniart, temple de la bourse situé en plein coeur de la capitale.

Venus d’Europe et du monde entier, ces scientifiques se sont retrouvés pour la dixième édition du Prix de l’Inventeur Européen présenté chaque année par l’Office européen des brevets en coopération avec la Commission européenne.

Un jury international, composé de personnalités du monde de l’industrie, de la science et des médias a sélectionné 15 finalistes parmis une centaine de participants. La tâche a été très rude pour choisir entre les inventions, certaines d’entre elles ayant un réel impact sur notre vie quotidienne.

Dans la catégorie “Oeuvre d’une vie”, l’inventeur suisse Andreas Manz, a été récompensé pour pour son invention d’un système ultra-miniaturisé d’analyse biomédicale. Grâce à son travail, il est maintenant possible de faire des analyses médicales, biologiques ou chimiques complexes, rapidement et efficacement sur des micro-puces de quelques millimètres.

Les “laboratoires sur puce” vont révolutionner la surveillance et le diagnostic sur le terrain. Dans le futur, on pourra utiliser ces puces à distance dans des zones pauvres ou inaccessibles pour des épidémies ou des pandémies.

“L’avantage des “laboratoires sur puces” c’est que sur un plus petit espace tout va plus vite. C’est la loi d‘échelle. Prenez par exemple un éléphant, la manière dont il marche est très lente. Une souris, une petite souris va vite. C’est la même chose avec nos molécules, sur un petit système, sur une micro-puce l’analyse sera plus rapide”, explique Andreas Manz.

Dans la catégorie PME, Laura van ‘t Veer, des Pays-Bas, a reçu un prix pour son invention d’un test génétique qui permet de d‘évaluer le risque de cancer du sein d’un patient. Il permet aux femmes atteinte d’un cancer de sein, au tout début, d’avoir un pronostic fiable pour savoir si elles doivent commencer une chimiothérapie.

Le MammaPrint va dire à la patiente si elle présente un risque de métastases. La technologie, crée en 2007, a déjà aidée plus de 40.000 femmes soignées pour un cancer et signifie qu’aujourd’hui 20 à 30% de femmes en moins doivent subir une longue chimiothérapie.

Claudio Rocco, Euronews : “Quel est l’avantage de ce test pour les femmes ?”

“Les femmes peuvent se priver d’une chimiothérapie si le risque de récidive est faible, ce qui signifie qu’elles n’auront pas à souffrir des effets secondaires et être coupée de leur vie quotidienne pendant au moins un an. En revanche, les femmes qui devront faire une chimiothérapie pourront se baser sur les résultats personnalisés de leur test Mammaprint”, explique Laura Van’t Veer.

Franz Amtmann (Austria) et Philippe Maugars (France), ont eux reçu un prix pour leur contribution pour le développement de la Communication en Champ Proche (CCP) pour terminaux mobiles.

L’invention permet d’ouvrir de nouvelles possibilités de services mobiles permettant par exemple aux smartphones d‘être des porte-monnaie virtuels de controler des éaisons équipéees de domotiques et d’accéder à des zones sécurisées.

Claudio Rocco, Euronews :“Comparée au wi-fi et au Bluetooth, quelle est la différence ?”

“Si vous avez gardé un ticket de métro dans votre téléphone, vous entrez dans le métro parisien mais soudain la batterie de votre portable s’arrête. Avec la Communication en Champ Proche, vous pouvez toujours sortir parce que l’infrastructure du métro peut retrouver le ticket, ce qui est impossible avec le Bluetooth ou le wi-fi,” explique Philippe Maugars.

“Cela fonctionne aussi avec un objet, comme une feuille de papier. Vous la touchez simplement et le téléphone vous sort immédiatement l’adresse internet qui a été stockée”, ajoute Franz Amtmann.

Ludwik Leibler, pour la France, a été primé dans la catégorie Recherche pour son invention d’un nouveau type de plastique recyclable.

Ian Frazer, pour l’Australie et Jian Zhou, pour la Chine, ont reçu le prix populaire pour leur invention du premier vaccin contre le pappillomavirus humain. Sumio Iijima, Akira Koshio and Masako Yudasaka (Japan) ont reçu le prix des pays non-européens pour leurs nanotubes de carbone.

ALL VIEWS

Touchez pour voir

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

Après le bras, la jambe bionique