DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Hong Kong: le Parlement rejette la réforme électorale soutenue par Pékin

Vous lisez:

Hong Kong: le Parlement rejette la réforme électorale soutenue par Pékin

Taille du texte Aa Aa

Le Parlement hongkongais a rejeté jeudi un projet controversé de réforme électorale soutenu par Pékin qui avait jeté ses opposants dans la rue l’an dernier.

Les députés prodémocratie se sont unis pour dire non au projet, ce qui a poussé la plupart des parlementaires pro-Pékin à prendre la porte en signe de protestation. Seuls huit députés ont voté pour le texte, 28 votant contre, dont la totalité des 27 parlementaires prodémocrates.

Le projet devait recueillir la majorité des deux tiers des 70 voix au Conseil législatif (Legco, le Parlement local) pour avoir force de loi.

“Ce texte n’a pas recueilli la majorité des deux-tiers des voix”, a résumé Jasper Tsang, le président du Legco. “J’annonce que le texte a fait l’objet d’un véto”.

Le projet, qualifié de “parodie de démocratie” par ses opposants, fixait les modalités de l‘élection en 2017 du chef de l’exécutif de l’ancienne colonie britannique, revenue dans le giron de la Chine en 1997.

La réforme prévoyait pour la première fois d’instaurer le suffrage universel alors que le chef du gouvernement local était jusqu’alors désigné par un collège de grands électeurs loyal à Pékin.

Mais le Parti communiste chinois (PCC) aurait gardé la haute main sur le processus car seuls deux ou trois candidats adoubés par un comité aux ordres étaient autorisés à se présenter.

Les divisions politiques ont éclaté au grand jour à l’automne 2014 lorsque des dizaines de milliers de militants prodémocratie ont paralysé une partie de la ville plus de deux mois durant, donnant naissance au désormais célèbre “Mouvement des parapluies”.

“Nous n’avons aucune idée de ce qui s’est passé avec le reste du groupe qui a décidé tout d’un coup de quitter l’enceinte” du Legco, a commenté James Tien, du Parti libéral progouvernemental. “Nous avons décidé de rester et voter contre”.

Les députés pro-Pékin sont sortis lorsque le président du Parlement a décidé de rejeter leur demande de suspension de séance.