DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les banques grecques probablement à court d'argent lundi

Vous lisez:

Les banques grecques probablement à court d'argent lundi

Taille du texte Aa Aa

Les marchés d’actions européens sont restés assez calmes vendredi avec en clôture des écarts assez peu importants, à la hausse comme à la baisse. Peut-être les cambistes n’ont-ils pas encore bien mesuré la portée d’une sortie de la Grèce de la zone euro ou bien plus probablement espèrent-ils un accord de dernière minute lundi prochain.
En attendant, la bourse d’Athènes a terminé la séance de vendredi en territoire positif, même si les titres des banques grecques ont encore perdu du terrain, portant à presque 18% leurs pertes cette semaine.

Duplex
Sasha Vakulina, Euronews “Nous sommes avec Angus Campbell analyste chez FXPro à Londres.
Angus, commençons par la réaction des marchés à la crise grecque. Il n’y a pas de signes de panique. Pourquoi cela ?

Angus Campbell, analyste chez FXPro :
Les marchés ne paniquent pas encore car ils sentent qu’il y a encore la possibilité d’un accord. Et lundi prochain on a une réunion cruciale. C’est un jour très important lundi car le temps est compté pour un accord car il doit être signé avant la fin du mois pour que la Grèce puisse le ratifier devant le parlement.
Donc le temps est précieux, mais ce que cela montre en même temps c’est que plus que tout autre chose, l’aspect politique est présent , c’est très clair.

Euronews
Angus, la BCE a accordé à Athènes une aide d’urgence plus importante.

Angus Campbell
Oui, c’est un évènement à souligner, juste parce qu’il sort de l’estimation hebdomadaire qui est faite du financement de la Grèce. C’est une sorte d’exception pour permettre à la Grèce de passer le week-end jusqu‘à lundi. La BCE a toujours été cohérente en disant qu’elle est là pour aider la Grèce aussi longtemps que les négociations continuent et laissent espérer un accord.
Donc on a cette prolongation jusqu‘à lundi et ils ont voulu évidemment augmenter le plafond de ce financement d’urgence.
Euronews
Le plus dangereux pour la Grèce c’est son incapacité à rembourser ses dettes ou une faillite bancaire ?

Angus Campbell
Je pense que ce sont deux choses qui vont venir de façon échelonnée et par étapes.
Si nous n’avons pas d’accord lundi, alors vous aurez la première étape qui va être le contrôle des capitaux avant le défaut de paiement à la fin du mois.

Mais je crois que le contrôle des capitaux est aussi grave que le défaut. Parce qu’on sait que sans un accord, la Grèce ne respectera pas ses engagements à la fin du mois et certainement pas pendant tout l‘été”.