DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Demandeurs d'asile : la Hongrie dit stop


Hongrie

Demandeurs d'asile : la Hongrie dit stop

_Edition, mercredi 13h45
Rétropédalage. Le ministre des Affaires étrangères hongrois a annoncé qu’aucune décision de suspendre les règles européennes en matière de droit d’asile n’avait été prise par le gouvernement. Il a indiqué que la Hongrie souhaitait simplement discuter de ces règles, son pays étant submergé, selon lui, par un afflux important de migrants illégaux._

Les autorités hongroises ont décidé ce mardi de suspendre l’accueil des demandeurs d’asile. Jusque-là, la Hongrie comme tous les pays de l’Union européenne, appliquait ce qu’on appelle le règlement de Dublin.
Cette règle communautaire prévoit que les demandes d’asile doivent être traitées dans le premier pays européen où la personne est arrivée.
Or, la Hongrie ne veut plus de cette règle, estimant ne plus pouvoir gérer toutes les demandes de migrants entrés sur son sol par la frontière serbe. Selon les chiffres officiels, plus de 60 000 migrants illégaux sont arrivés en Hongrie depuis le début de l’année. La plupart viennent de Syrie ou d’Afghanistan.

Ahmed, lui, vient du Maroc. Il raconte qu’il est arrivé par la mer en Grèce. Il a marché pendant 50 kilomètres. Il a traversé l’ex-République yougoslave de Macédoine, en partie en train, puis la Serbie. A présent, c’est la Hongrie. “On est enfin en lieu sûr, ici”, veut-il croire.

Le 17 juin, la Hongrie avait déjà annoncé la construction prochaine d’une clôture de 4 mètres de haut sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie. Cette annonce a suscité la réprobation de Belgrade et de Bruxelles (voir ici)

Ce mardi, l’Union européenne a demandé à la Hongrie de s’expliquer sur sa décision de suspendre le règlement des demandes d’asile.

La question des migrants sera un des principaux sujets débattus jeudi et vendredi lors du sommet européen de Bruxelles.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les Etats-Unis vont déployer des armements lourds sur le flanc Est de l'OTAN