DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Migration : la Hongrie attire l'attention sur son cas


Le bureau de Bruxelles

Migration : la Hongrie attire l'attention sur son cas

Alors que la crise migratoire est à l’ordre du jour du sommet européen de ce jeudi, la Hongrie aura tout fait pour attirer l’attention sur son cas. Budapest a annoncé ne plus vouloir reprendre les migrants entrés en Europe par son territoire – comme le veut le système dit de “ Dublin “ – avant de se rétracter.

“ Le gouvernement hongrois n’a pas pris de décision légale sur une suspension de l’application du système de Dublin, a assuré son ambassadeur auprès de l’Union européenne Péter Györkös. Nous demandons simplement un peu de patience et de solidarité concernant les reconduites en Hongrie. “

Elle-même soumise à une forte pression migratoire, la Hongrie est par ailleurs hostile au projet de répartition des demandeurs d’asile arrivés en Italie et en Grèce par la Méditerranée.

“ Il y a une précision très importante : un tel mécanisme devrait être établi sur une base volontaire, explique l’ambassadeur. Nous ne voyons pas de raison de changer ce qui est convenu au plus haut niveau politique. La Commission a le droit de prendre des initiatives, je ne le conteste pas. Mais nous faisons partie du groupe de pays qui pense que cela devrait être uniquement volontaire. “

Or pour la Commission européenne, la répartition de ces 40.000 demandeurs d’asile doit être imposée, sans quoi l’objectif ne sera pas atteint.

“ Nous nous en tenons à la proposition que nous avons faites, a martelé la commissaire Kristalina Georgieva. Nous pensons que c’est la bonne proposition, qu’elle est dans l’intérêt de nos populations. Ce n’est pas seulement moralement juste, c’est dans notre intérêt y compris sécuritaire. Donc, nous nous en tenons à cette proposition. “

La Hongrie, par laquelle un migrant sur cinq entre dans l’Union européenne, a enregistré depuis le début de l’année plus de 60.000 entrées illégales.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

Le bureau de Bruxelles

Sommet Eurozone: Tsipras regagne la confiance de ses partenaires