DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les piscines naturelles de plus en plus prisées


science

Les piscines naturelles de plus en plus prisées

Voici ce à quoi toutes les piscines devraient ressembler. Cent pour-cent naturelle, pas un gramme de produits chimiques, juste des plantes et de l’eau.
Les piscines naturelles n’ont pas cessé de gagner en popularité ces dernières années, auprès des propriétaires privés, mais aussi auprès des pouvoirs publics. Ainsi, la municipalité de Montagny-lès-Beaune en Bourgogne a fait installer une piscine naturelle dans son complexe de loisir “Beaune Côté plage”.
Pas besoin de vider la piscine au quotidien : l’eau est en circuit fermé et les plantes s’occupent des micro-organismes lorsqu’elle passe dans le bassin de régénération.

Sous la piscine, 10 kilomètres de tuyaux. Damien Cordelois les inspecte plusieurs fois pas jour.

Damien Cordelois, technicien, Beaune Côté Plage
“On a quatre pompes qui nous permettent de renvoyer 24h/24 l’eau de la piscine. Donc en 12h de temps on re-circule le volume total des bassins. “

Le système a peu d’inconvénients. La qualité de l’eau est analysée quatre fois par semaine pour vérifier que les plantes font bien leur travail.

Les visiteurs doivent impérativement passer à la douche avant chaque baignade. Il est aussi recommandé de ne pas utiliser de lotion solaire pour que l’eau reste la plus pure possible.

On trouve aussi des piscines naturelles dans des grandes villes, comme ici à Londres, au King’s Cross Pond Club qui offre 400m2 de bassins pour la baignade. Des plantes et un système de filtre permettent de garder une eau propre dont la température ne dépasse jamais 25°. Cette piscine publique est la première du genre en Grande-Bretagne. La France en compte une douzaine, l’Allemagne plus d’un centaine. Mais la plupart ne peuvent ouvrir que pendant deux mois en été.

Retour en France, nous sommes dans le jardin de Christophe Lucien. Avec son installation Christophe et sa famille peuvent utiliser la piscine pendant sept mois dans l’année. Et cela lui coûte moins cher en entretien qu’une piscine classique. Toutefois, il faut avoir la main verte.

Christophe Lucien, propriétaire d’une piscine naturelle :
“Fin mars, on coupe toute la végétation à ras. Voilà l’entretien au niveau du végétal. Après concernant la baignade, je passe l’aspirateur une fois par mois, d’avril à octobre.”

Pour investir dans une piscine naturelle personnelle, comptez entre 30 et 80.000 euros.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Des chercheurs veulent reproduire la peau imperméable du gecko

science

Des chercheurs veulent reproduire la peau imperméable du gecko