DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pleins feux sur Don Pasquale, l'opéra-bouffe débridé de Donizetti

Vous lisez:

Pleins feux sur Don Pasquale, l'opéra-bouffe débridé de Donizetti

Taille du texte Aa Aa

Don Pasquale, l’opéra-bouffe de Donizetti enchante le Grand théâtre du Liceu de Barcelone – avec Pretty Yende dans le rôle principal. À découvrir

Don Pasquale, l’opéra-bouffe de Donizetti enchante le Grand théâtre du Liceu de Barcelone – avec Pretty Yende dans le rôle principal. À découvrir dans ce numéro de Musica

Pretty Yende est l’une des étoiles montantes de l’art lyrique. Récemment, la soprano a fait ses débuts sur la scène du Grand théâtre du Liceu de Barcelone dans le chef d‘œuvre de Gaetano Donizetti : Don Pasquale ou la quintessence de l’opéra-bouffe avec ses intrigues amoureuses, ses quiproquos à répétition et son faux mariage.
Le baryton Roberto de Candia tient le rôle de Don Pasquale :

“Don Pasquale est très crédule et Norina qui est toujours dans la supercherie va lui rendre la vie impossible.”

“Norina est une fille tellement insupportable. Dans cette production de Don Pasquale, elle est vraiment intenable, explique Pretty Yende, et c’est très réjouissant de jouer ce rôle, elle si différente de moi. Cela a été très enrichissant pour moi de repousser un peu plus encore les limites. C’est beaucoup plus puissant. Norina n’a pas juste une couleur, c’est un vrai camaïeu.”

La jeune Sud-Africaine a fait une entrée remarquée dans le monde de l’opéra notamment en remportant en 2011 le prestigieux concours international de chant lyrique, Operalia, créé par Plácido Domingo.

En compagnie du chef d’orchestre Diego Matheuz, elle peaufine à présent les derniers détails. Quant au metteur en scène français, Laurent Pelly, il nous replonge dans les années 1950, avec une production riche en surprises.

Roberto de Candia :
“Norina va absolument tout changer. La maison est sens dessus dessous : elle va chambouler tout l’intérieur. Le fauteuil se retrouve suspendu au plafond et le lustre par terre. D’une certaine façon, cet espace est aussi une sorte de cage à l’intérieur de laquelle Don Pasquale est piégé. Il ne comprend rien. Il se perd dans son propre monde.”

Pretty Yende :
“J’ai beaucoup de mal à me réfréner, car j’ai un tempérament très expressif. Canaliser mes émotions, c’est quelque chose de difficile pour moi. J’apprends à trouver le bon équilibre entre instinct et timing ; j’apprends également l’art de la discipline pour simplement chanter une musique purement magnifique telle qu’elle a été écrite, à savoir le bel canto. Le bel canto est la clé de voûte de la comédie et cela requiert une énergie incroyable. Toute cette beauté et ces mélodies se combinent dans l‘énergie d’une course jusqu’au final.”

Une interview bonus de la soprano Pretty Yende est disponible en cliquant sur ce lien :

Le voyage musical de Pretty Yende

Behind the scenes with Musica producer Katharina Kaun at the Gran Teatre del Liceu in Barcelona. On the programme,...

Posted by euronews on Thursday, 25 June 2015